La 13ème édition de la Journée mondiale pour le travail décent (JMTD20) est célébrée un peu partout dans le monde, ce jeudi 7 octobre. En Guinée, la Fédération de l’Hôtellerie, Tourisme, Restauration et Branches Connexes (FHTRC), a organisé une conférence de presse pour dénoncer le « licenciement arbitraire » de trois employés de l’hôtel Sheraton Grand Conakry et exiger leur réintégration « immédiate » à leurs postes de travail.

« En ce 7 octobre 2021, soit un an depuis que les travailleurs Amadou Diallo et Alhassane Diallo ont été licenciés arbitrairement pour avoir défendu leur collègue Mamadou Saliou Sampil pour avoir cassé involontairement un pot de fleurs », a déclaré, Asmaou Bah Doukouré, secrétaire générale de la FHTRC, tout  en accusant l’inspecteur général du travail, Alia Camara et son adjoint d’être complices des licenciements.

Selon elle, « le licenciement de ces deux délégués est un exemple frappant de la violation de la liberté syndicale et des lois guinéennes et internationales notamment la convention 187 et la convention 198 de l’OIT ».

 

« Nous sommes là pour dire que le temps de la violation des lois et des complicités des autorités dans le licenciement abusif doit finir. Nous sommes prêts à passer par tous les moyens pour exiger (…) la réintégration de nos camarades. Nous donnons deux semaines à la direction de l’hôtel Sheraton pour réintégrer nos camarades faute de quoi nous userons de tous les moyens légaux à notre disposition pour faire réintégrer nos camarades », prévient Asmaou Bah Doukouré.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199