Déclenchée par l’intercentrale CNTG-USTG, depuis la semaine dernière, la grève contre l’augmentation du prix du carburant a pris de l’ampleur dans la capitale guinéenne, ce lundi 9 juillet 2018. Le moins que le puisse dire, c’est que Conakry n’a pas vibré à son rythme habituel, ce matin.

Sur l’axe Lambanyi-Hamdallaye, à 9 h, on constate une circulation assez fluide, avec la présence de quelques rares véhicules de transport en commun. Chose qui a empêché bon nombre de citoyens à vaquer à leurs occupations.
À Kipé, plus précisément à Kakimbo, l’un des plus grands secteurs dudit quartier, aucun conducteur de taxi-moto n’est autorisé à y exercer ses activités. Ici, un groupe de jeunes conducteurs ont érigé un barrage auquel, seuls les engins ont accès.

« Nous sommes là aujourd’hui, tant que l’essence n’est pas revenu à 8.000 GNF, aucun moto-taxi ne fera de transport… En tout cas, pas à Kakimbo ici, et le même message a été véhiculé à nos amis de tous les autres quartiers », nous a confié un taxi-motard qui a requis l’anonymat.

Jusqu’au moment où nous quittions les lieux, aucune présence d’agents des forces de l’ordre n’a été constatée.

M.K. Soumah pour Guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici