La police a interpellé 6 syndicalistes proches de Aboubacar Soumah, ce matin à la grande mosquée de Conakry. D’autres ont été dispersés.

Pour rappel, Aboubacar Soumah, syndicaliste exclu de sa centrale (SLECG) avait prévu d’organiser avec ses fidèles un congrès ce vendredi. Le congrès au lieu d’être tenu au siège du syndicat a plutôt été délocalisé. Et pour cause : « Le siège du SLECG risque d’être militarisé nous disait hier un syndicaliste proche de Soumah, parce qu’aujourd’hui il y a des agents qui sont passés pour déposer une convocation pour le général Aboubacar Soumah. Mais nous avons informé notre avocat, Me Salif Béavogui et on lui a transmis la convocation. Mais il dit qu’il n’y a pas de motif, donc qu’on doit retourner la convocation à la gendarmerie pour que la gendarmerie notifie le motif pour lequel on lui a adressé cette convocation. Et je crois que c’est un agent qui était envoyé par le colonel Balla Samoura, le commandant de la gendarmerie de la zone spéciale de Conakry. »

Hier une rumeur disait que Soumah et ses hommes ont reçu le ministre Tibou Kamara pour des négociations. Joint au téléphone par notre reporter, le syndicaliste Aboubacar Soumah, avait dit à propos : « Qui vous a dit que je l’ai reçu en audience ?  (rire) non moi n’est j’ai pas reçu Tibou, ce n’est pas vrai.»

Le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) est en proie d’une guerre de leadership entre ses dirigeants qui s’excluent mutuellement des instances du syndicat. A coups de déclarations.

Mohamed Kaba Soumah et Bhoye Barry pour Guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici