Le Colonel Diara Traoré

COORDINATION DES ASSOCIATIONS DES VICTIMES DU 4 JUILLET 1985
DEVOIR DE MÉMOIRE
4JUILLET 1985
4 JUILLET 2014, soit 29 ans
DÉCLARATION

Par cette déclaration, nous victimes, parents, amis et défenseurs de la justice et de la paix ici et ailleurs, commémorons ce vendredi 4 Juillet 2014, l’an 29 des évènements tragiques du 4 Juillet 1985.

En effet, l’on se souvient que dans la nuit du 4 juillet 1985 des troubles sociopolitiques éclatèrent en Guinée à travers un communiqué lu sur les antennes de la Radio Télévision Guinéenne(RTG) annonçant la prise du pouvoir par le colonel Diarra Traoré.

Depuis, un plan minutieux d’arrestation, d’inculpation, de torture et d’extermination de tous ceux qui se réclament de la même ethnie que le présumé auteur fut préparé, transmis à toutes les hiérarchies du commandement civil et militaire sur toute l’étendue du territoire national et coordonné par le CMRN.

C’est dans cette atmosphère de haine et d’esprit de vengeance que des centaines de citoyens en majorité de l’ethnie mandingue furent arrêtés, soumis à des traitements inhumains et jetés dans les geôles des trente deux escaliers du camp Alpha Yaya Diallo, Conakry.

Ainsi, après 3 ans de détention, d’humiliation et sans aucun contact avec les familles ni avec un avocat dans les conditions les plus exécrables que celles connues jadis au temps nazis pendant la seconde guerre mondiale, les survivants furent libérés sous la pression des parents des victimes et de la communauté internationale notamment les défenseurs des droits de l’homme.

A cet égard, nous rendons un vibrant hommage à la mémoire de nos illustres compagnons disparus ou exécutés sans procès.

Sur cet axe, les victimes et les familles des disparus s’engagent à poursuivre la lutte en demandant aux nouvelles autorités de la troisième République pour le rétablissement de la vérité historique, de la justice en vue de la réhabilitation, la réparation de tous les préjudices causés et la restitution des biens car les conséquences de ce massacre du 4 juillet 1985 continuent de détruire la structure sociale familiale des disparus.

Le devoir de mémoire qui nous impose le rappel à tout instant de cette triste séquence de notre histoire interpelle tous les guinéens face au type de société ambitionnée par notre pays à la recherche du bonheur pour tous.

Aussi, il exhorte toute la nation guinéenne à travers ses composantes à privilégier l’unité nationale et la paix pour l’atteinte de nos objectifs.

La commémoration du 29ème anniversaire du 4 Juillet 1985 est un moment de méditation et de recueillement dans la dignité pour tous les guinéens.

Pour le Bureau de la coordination
El Hadj Lansana Condé