Monsieur Sékou Souapé Kourouma est ancien secrétaire général du Bureau national de la Jeunesse du RPG et donc ancien membre de droit du Bureau politique national. Il revient aujourd’hui dans l’actualité sur des radios privées avec des mots peu tendres à l’endroit du Président Condé. Nous vous proposons, pour devoir de mémoire, l’interview qu’il avait accordée au journaliste Bébel au cours de l’entre deux tours de la dernière élection présidentielle de 2010.

Bonsoir monsieur Sékou Souapé Kourouma et merci de nous recevoir. Nous avons lu sur un site internet, Guinea-Forum, que vous êtes à Ouagadougou dans la capitale burkinabé où vous y auriez accordé une interview à cet organe en ligne. Déjà de retour de Ouagadougou monsieur Kourouma ?

Sékou Souapé Kourouma : J’ai quitté pour la dernière fois le Burkina Faso le 22 septembre 2009. A moins d’avoir le don d’ubiquité, je ne vois pas comment je peux être à plusieurs endroits à la fois, à Conakry et en même temps à Ouagadougou.

Vous niez donc avoir accordé cette interview à Guinea-Forum ?

Je ne nie pas, parce que ça n’a jamais existé. Je dis que je n’ai jamais rencontré un journaliste de ce site encore moins lui accorder une interview. Depuis que je suis rentré en 2009, le seul organe de presse avec lequel j’ai discuté, c’est ‘’Le Baobab’’ et j’ai un exemplaire avec moi, loin du contenu de ce site. Avec vous, ça sera la deuxième fois que je rencontre des journalistes depuis que je suis rentré.

Avez-vous fait partie d’un front armé dirigé par le professeur Alpha Condé ?

J’ai connu Alpha Condé dans les années 80. A part Alpha lui-même, le docteur Sow et Nanténin Konaté, tous les membres du bureau politique actuel du RPG m’ont trouvé dans ce parti. Si je dois parler de Alpha Condé, ce sera clair et précis, sans incohérences. Ce que ce site a fait, c’est tout simplement de la machination, un lamentable montage grossier qui n’honore ni les commanditaires ni les exécutants. Il y a des degrés dans la contradiction politique qu’il ne faut pas dépasser. Guinea-Forum en me prêtant des propos que je n’ai jamais tenus, dit que j’aurai demandé à Alpha ce qu’il fallait faire de Sama Panival Bangoura après son arrestation le 11 septembre 2000 et il m’a dit qu’il fallait le tuer pour que cela serve d’exemple. C’est lamentable, bas et incohérent. Le 11 septembre 2000 en question, Alpha Condé était en prison. Par quels moyens il aurait pu disposer d’un téléphone satellitaire pour communiquer avec moi depuis ces lieux d’incarcération ? Vous voyez, c’est incohérent. A cette date précisément, si je ne m’abuse, je devais être soit à Abidjan soit à Ouagadougou et non dans des régions guinéennes, à Kindia, en Forêt ou dans la savane ailleurs. C’est une confusion que les gens veulent créer pour je ne sais quel dessein. J’ai été dans la structure clandestine politique du RPG avant l’instauration du multipartisme mais pas avec Alpha dans un front armé, pour répondre à votre question.

Guinea-Forum affirme cependant que vous êtes allés au Libéria avec Alpha Condé et c’est à partir d’une villa de Monrovia que ce dernier vous a ordonné d’attaquer Macenta…

Ridicule. Moi j’ai été au Libéria, je ne le nie pas, je l’assume. Mais je n’ai jamais rencontré Alpha Condé au Libéria encore moins y aller avec lui. Je connais des gens au Libéria, en Sierra Leone, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Ghana etc., mais ce sont des amis personnels, pas des relations de Alpha Condé. Par exemple, c’est moi qui ai présenté à Alpha l’équipe de Baï Koroma qui dirige actuellement la Sierra Leone. C’est moi qui ai introduit cette équipe auprès de Alpha Condé parce que parmi eux j’ai un ami qui a été ministre et qui a vécu avec moi. J’étais avec cet ami au Libéria, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso et au Ghana. Quand les élections s’approchaient en Sierra Leone, j’ai dit à Alpha Condé de les aider et il l’a fait financièrement. Il les a aidés également financièrement à travers un ami commun, un colonel à la retraite, Perez qui est israélien. C’est pour cela que cette équipe a gagné les élections. Je ne nie pas ce que j’ai fait personnellement, mais pas avec Alpha Condé qui ne m’a jamais présenté une autorité militaire ou politique quelconque. J’ai fait mon passeport à Conakry en 1995 ou 1996 et je suis sorti en juillet 1997 pour la dernière fois avec ce passeport. J’étais un des responsables du RPG au niveau de la Forêt en 1993 et à ce titre, j’ai été arrêté et condamné à 2 ans fermes de prison. Après avoir purgé cette peine, je suis sorti de prison quasiment un mois avant les événements militaires des 2 et 3 février 1996. On nous alors accusé d’être de mèche avec les mutins, il y a eu tellement de problèmes que j’ai décidé de quitter la Guinée.

Avez-vous fait partie d’une branche armée quelconque, qu’elle soit liée ou non à Alpha Condé ?

Les photos publiées par Guinea-Forum, sont des photos prises en Côte d’Ivoire. J’y suis avec le colonel Morin qui a été responsable de ‘’la licorne’’ à Daloa, donc responsable militaire de la force d’interposition au niveau de l’Ouest de la Côte d’Ivoire. Celui qui est sur l’autre photo, c’est Coulibaly son surnom c’est Ben Laden, c’est le commandant de la zone d’Odienné. Si vous allez là-bas, vous lui présentez cette photo et qu’il dise que ce n’est pas lui, prenez alors tout ce que je vous dis comme faux. J’espère que cela répond à votre question.

Que comptez-vous faire aujourd’hui contre ce site ?

J’ai un conseiller juridique, un avocat, je vais en débattre avec lui et il me dira la conduite à tenir. Je vous remercie.

C’est nous qui vous remercions.

Propos recueillis à Conakry par Thiernodjo Diallo (Bébel)