Ce n’est pas Alpha Conde qui a créé en 5 ans de mandat tous les maux de la Guinée. Même si telle était son intention, il n’aurait pas pu le faire en si peu de temps, car il a fallu cinquante ans de mauvaise gouvernance pour créer le climat  actuel. Alpha Conde est même jugé responsable du Ebola qui a commencé a dans la zone de Guéckédou-Macenta. Voyons donc, jusqu’où les politiciens guinéens sont prêts à aller pour accéder au pouvoir ! En fait, Cellou Dalen a déjà été à la barre ; qu’a-t-il fait pendant ce temps qui soit tangible ? Je pense que ce discours n’est pas un souhait de bonne année, mais une préparation à la guerre civile en Guinée en 2015.

Je vis au canada depuis 40 ans et j’ai appris que pour qu’une fédération puisse réussir, il faut que toutes les régions exercent le pouvoir exécutif à tour de rôle. En effet, le parti libéral du Canada (le plus important du pays) a une tradition selon laquelle, un chef libéral de langue française doit succéder à un chef libéral de langue Anglaise et ainsi de suite, même si les Français ne représentent que 30 % de la population. L’actuel chef, Justin Trudeau, député de Montréal a remplacé Michael Ignatieff, député de Toronto qui, lui-même, avait remplacé Paul Martin, député de Montréal. Pierre Trudeau, député de Montréal avait succédé à Lester Pearson, député de Toronto et a cédé sa place à John Turner, député de Vancouver. Mes chers amis, il est impératif que la Guinée trouve un leader de la Moyenne-Guinée pour exercer le pouvoir exécutif si les guinéens veulent vivre en harmonie. Tout discours contraire relèverait ou de l’ignorance ou de la mauvaise volonté.

Mais je dois avouer que Cellou Dalen n’est pas ce leader hélas parce que, il veut arriver au pouvoir à n’importe quel prix, mais il ignore qu’il ne pourra pas gouverner après une guerre civile qu’il aurait commandité, tant les haines seront vives. Charles Taylor en est un example vivant.

La  moyenne Guinée doit trouver un autre  leader et vite. Sinon, d’une façon ou d’une autre, nous allons vers la tragédie. Ainsi donc, la guerre civile en 2015 sera très vraisemblablement l’apothéose de cinquante ans de mauvaise gouvernance à laquelle Alpha Conde aura contribué très peu.

Par Amadou Dabo

Montréal, Canada