Ahmed Tidiane Sylla, chargé de Communication de l'UFR

Dans une lettre adressée au président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), dont Guinee7 détient une copie, dix militants se réclamant du parti dirigé par Sidya Touré ont annoncé leur démission. Tous membres, disent-ils, du Conseil National des jeunes de ladite formation politique, leur départ s’explique par le fait que “le parti ne réponde pas à leurs aspirations.”

“Nous ne nous reconnaissons plus dans les valeurs que disent porter et promouvoir les dirigeants du parti, tant leurs contradictions entre les dires et les actes sont manifestes et insupportables.” Peut-on lire dans la lettre.

Joint au téléphone cet après-midi, le responsable de la cellule de communication de l’UFR dit ne pas être au courant de cette lettre qui, pourtant, date du jeudi 18 juin (hier). “Moi j’ai vu cette note-là dans les médias, je ne suis pas au courant. Je vois qu’il y a le nom de dix personnes que je ne connais pas”, nous a-t-il confié.

Plus loin, Ahmed Tidiane Sylla pointe un doigt accusateur sur Badra Koné, le deuxième vice-maire de Matam et président démissionnaire du conseil national des jeunes de l’UFR qui, selon lui, “a fait réunir ses petits pour faire une lettre de démission. Vraiment ça c’est pour faire du buzz, rien d’important (…)”.

“Badra est venu seul, dit-il, et il est Parti seul. Donc c’est un non-événement (…). Vous savez, nous à une période où des gens se font de l’argent à partir du pouvoir. Aujourd’hui, se définir membre de l’UFR ça fait beaucoup d’argent côté mouvance”. 

Pour terminer, M. Sylla a souligné que l’UFR reste concentrée sur la manifestation du 8 juillet prochain et la présidentielle de 2020.

Lettre de démission…

Mohamed Soumah pour Guinee7.com