Au cours d’un entretien qu’elle a accordé aux journalistes dans la soirée du mardi 25 février, Mme Domani Doré, ex-ministre en charge des Sports et membre de la CODENOC (Coalition Démocratique pour une Nouvelle Constitution) a réagi face à la déclaration faite lundi dernier par le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), dans laquelle déclaration, celui-ci a décidé de ne plus “reconnaitre” M. Alpha Condé comme président et a “demandé son départ immédiat”.

À l’entame de ses propos, Domani Doré a tout d’abord fait savoir qu’« au niveau de la CODENOC nous avons souscrit à ce qu’on appelle, répondre et respecter les règles les plus basiques de la démocratie, qui supposent qu’on soit en accord avec tout ce qui est légitime » ; avant de qualifier la dernière sortie du FNDC d’ « un saut d’humeur » et de « l’animation médiatique ». 

« Si je résume leur dernière déclaration à propos de la légitimité du Chef de l’État, poursuit-elle, je leur réponds tout simplement que le peuple de Guinée qui a souscrit à une démarche démocratique, à travers des élections pour élire leur chef d’État, sait ce que c’est qu’un mandant en cours d’exercice. La légitimité du président de la République, en tant qu’institution de notre pays, ne souffre d’aucune illégitimité liée à un saut d’humeur d’un certain nombre d’individus ».

Pour la présidente du mouvement “Guinée Audacieuse”, «le FNDC à travers cette déclaration, vient encore renouveler son aveu d’échec, qui se construit à travers plusieurs déclarations». 

« Il y a quelques semaines, vous avez entendu le FNDC à une désobéissance civile continue jusqu’au départ du président de la République (…). Aujourd’hui le discours change, quand ils se sont rendus compte que la république les a rappelés que nous ne sommes pas dans un espace où chacun fait ce qu’il veut. En écoutant encore leur déclaration dernière, ils disent tout bonnement, qu’ils reviennent à des manifestions qu’ils appellent constitutionnelles, c’est-à-dire, des manifestions autorisées. S’ils reviennent à des règles démocratiques d’une république (…), pour moi, cela prouve qu’ils se rappellent que nous devons nous comporter en républicain », a fait entendre l’ancienne ministre.

Pour ce qui concerne “l’appel à la violence” de certains membres du même FNDC, Domani Doré a souligné que la CODENOC a « rappelé à l’État de prendre toutes les dispositions régaliennes qui consistent à protéger les populations et leurs biens de toute forme de violence possible (…). Cette semaine sera une semaine où on va davantage renforcer le système de sécurité afin que les populations aillent voter et bien entendu décident de leur sort, que ce soit maintenant en faveur du référendum ou pas. Mais le plus important, est que ces populations jouissent de leur droit de vote le plus naturellement que possible ».   

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Publicités