Joe Biden, président américain

Dans un rapport qui n’est pas du tout tendre avec le régime d’Alpha Condé, le département d’état américain fait remarquer néanmoins que « Le CNRD a arrêté et détenu arbitrairement l’ancien président Alpha Condé le 5 septembre. Le 27 novembre, les autorités ont déplacé l’ancien président Condé de son emplacement précédent vers la maison de sa femme dans le quartier Dixinn de Conakry. En décembre, il est resté assigné à résidence sans inculpation ». Ci-dessous l’intégralité du rapport traduit de manière approximative.

……………………………….

RÉSUMÉ

La Guinée était une république démocratique constitutionnelle jusqu’au 5 septembre, date à laquelle le colonel Mamadi Doumbouya et les forces militaires spéciales ont arrêté le président Alpha Condé et pris le pouvoir par un coup d’État. Le pays a tenu pour la dernière fois des élections présidentielles en octobre 2020, élisant le président Condé pour un troisième mandat controversé avec 59,5 % des voix à la suite d’un référendum de mars 2020 qui a modifié la constitution pour lui permettre de se présenter. Les observateurs internationaux et nationaux ont fait part de leurs préoccupations concernant la violence électorale généralisée, les restrictions à la liberté de réunion pacifique, le manque de transparence dans la tabulation des votes et les écarts de décompte des votes dans les bureaux de vote.

Le ministère de la Défense supervise la gendarmerie et le ministère de la Sécurité supervise la police nationale. Après le 5 septembre, la junte militaire, dirigée par le Comité national pour la réunification et le développement, a supervisé l’ensemble du gouvernement, tandis que les ministères individuels du gouvernement ont continué à être dirigés par des civils nommés. La gendarmerie et la police nationale partagent la responsabilité de la sécurité intérieure, mais seule la gendarmerie peut arrêter des policiers ou des militaires. L’armée a également des responsabilités en matière de sécurité intérieure. Jusqu’au 5 septembre, les autorités civiles ont généralement maintenu un contrôle effectif sur les forces de sécurité. Selon des informations crédibles, des membres des forces de sécurité auraient commis de nombreux abus.

Le matin du 5 septembre, le chef du groupe des forces spéciales militaires guinéennes, le colonel Mamadi Doumbouya, a pris le pouvoir au gouvernement. Le colonel Doumbouya se déclare chef de l’État, dissout le gouvernement et l’Assemblée nationale et suspend la constitution. Doumbouya a annoncé la création d’un gouvernement du Comité national pour la réunification et le développement composé principalement d’officiers militaires. Le 27 septembre, le colonel Doumbouya a publié la Charte de transition, qui remplace la constitution et la loi jusqu’à ce qu’une nouvelle constitution soit promulguée. En décembre, le gouvernement militaire avait libéré 364 membres de l’opposition politique arrêtés par l’administration de l’ancien président Condé et gracié cinq autres personnes précédemment condamnées.

Parmi les questions importantes relatives aux droits de l’homme figuraient des rapports crédibles sur : des exécutions illégales ou arbitraires, y compris des exécutions extrajudiciaires par le gouvernement ; la torture ou les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants infligés par le gouvernement ; des conditions carcérales dures et potentiellement mortelles ; arrestation ou détention arbitraire; prisonniers ou détenus politiques ; graves problèmes d’indépendance du pouvoir judiciaire; immixtion arbitraire ou illégale dans la vie privée ; punition des membres de la famille pour des infractions prétendument commises par un individu; les graves restrictions à la liberté d’expression et aux médias, y compris la violence ou les menaces de violence contre les journalistes, la censure et l’existence de lois pénales sur la diffamation ; ingérence substantielle dans la liberté de réunion pacifique ; les restrictions à la liberté de mouvement et de résidence sur le territoire d’un État et au droit de quitter le pays ; des restrictions graves et déraisonnables à la participation politique ; grave corruption gouvernementale; le manque d’enquête et de responsabilité pour la violence sexiste ; traite des personnes; les crimes impliquant de la violence ou des menaces de violence ciblant des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, queer ou intersexuées ; l’existence de lois criminalisant les relations sexuelles homosexuelles consensuelles entre adultes ; et l’existence des pires formes de travail des enfants. les personnes bisexuelles, transgenres, queer ou intersexuées ; l’existence de lois criminalisant les relations sexuelles homosexuelles consensuelles entre adultes ; et l’existence des pires formes de travail des enfants. les personnes bisexuelles, transgenres, queer ou intersexuées ; l’existence de lois criminalisant les relations sexuelles homosexuelles consensuelles entre adultes ; et l’existence des pires formes de travail des enfants.

L’impunité des responsables gouvernementaux demeure un problème. Le gouvernement Condé a pris des mesures minimales pour poursuivre ou punir les responsables qui ont commis des violations des droits humains ou des actes de corruption.

Section 1. Respect de l’intégrité de la personne

A. PRIVATION ARBITRAIRE DE LA VIE ET AUTRES MEURTRES ILLÉGAUX OU À MOTIVATION POLITIQUE

De nombreux rapports ont signalé que le gouvernement ou ses agents avaient commis des exécutions arbitraires ou illégales. Les bureaux chargés d’enquêter sur les meurtres commis par les forces de sécurité comprennent les services de sécurité civils et militaires, les tribunaux civils et militaires et les inspecteurs généraux du ministère de la Sécurité et de la Protection civile.

Les combats lors du coup d’État de septembre se sont limités au quartier Kaloum de Conakry, la presse faisant état de huit à 20 membres de l’armée tués.

Selon Amnesty International, dans les mois qui ont précédé l’élection présidentielle de 2020, entre octobre 2019 et juillet 2020, les forces de sécurité ont tué au moins 50 personnes et en ont blessé plus de 200. Des sources de l’opposition ont affirmé que les forces de sécurité avaient tué 99 personnes entre octobre et décembre 2020. pendant et après l’élection présidentielle. Le gouvernement n’a pas confirmé le nombre de personnes tuées au cours de cette période.

L’impunité a persisté pour les abus perpétrés par des acteurs étatiques au cours des dernières années, notamment le massacre du stade de Conakry en 2009 par les forces de sécurité. Au moins 150 manifestants de l’opposition ont été tués et plus de 100 femmes et filles ont été violées. Depuis 2011, le pouvoir judiciaire a confirmé les actes d’accusation contre 13 personnes. Deux des meneurs présumés du massacre, le colonel Claude Pivi et le colonel Moussa Tiegboro Camara, ont occupé des postes gouvernementaux de haut niveau sous l’administration Condé. Tiegboro a conservé son poste de direction au sein du Comité national pour la réunification et le développement (CNRD) en fin d’année. Le général Mathurin Bangoura, une personne d’intérêt dont l’acte d’accusation a été rejeté à la suite d’un contrôle judiciaire, est resté gouverneur de Conakry jusqu’en septembre.

Le comité de pilotage mis en place en 2018 pour organiser un futur procès des auteurs de la tuerie du stade de 2009 a repris ses travaux dans le courant de l’année. L’organisme s’est réuni à nouveau en janvier après n’avoir tenu aucune réunion en 2020 en raison de la COVID-19. Lors de la réunion du comité directeur de mai, le ministre de la justice a présenté une feuille de route pour un éventuel procès ; cependant, au 4 septembre, aucune date de procès n’avait été annoncée. L’administration Condé a cité le besoin de formation et de renforcement des capacités des juges comme raison de l’annonce tardive d’une date de procès. Le 27 novembre, une délégation de la Cour pénale internationale a rencontré le CNRD pour exiger l’ouverture du procès du massacre du stade. Le 3 décembre, le ministère de la Justice a rencontré le comité directeur du massacre du stade. Le 22 décembre, l’ancien putschiste de 2008, le capitaine Moussa Dadis Camara, qui a été inculpé pour son rôle présumé dans le massacre du stade, est rentré au pays après avoir vécu en exil volontaire au Burkina Faso. Dans des déclarations faites à la presse, le capitaine Camara a déclaré qu’il était prêt à être jugé. La feuille de route de transition du CNRD du 25 décembre a en outre réitéré le soutien du gouvernement de transition au procès mais n’a fourni aucun calendrier pour les procédures judiciaires.

B. DISPARITION

Aucune disparition n’a été signalée par ou au nom des autorités gouvernementales.

C. TORTURE ET AUTRES PEINES OU TRAITEMENTS CRUELS, INHUMAINS OU DÉGRADANTS

Bien que la constitution et la loi interdisent la torture et d’autres peines cruelles, inhumaines ou dégradantes, des observateurs des droits de l’homme ont signalé que des responsables gouvernementaux continuaient d’employer de telles pratiques en toute impunité.

Les mauvais traitements infligés aux détenus dans les centres de détention gouvernementaux se sont poursuivis. Des agents de sécurité désignés comme « officiers de police judiciaire » ont abusé des détenus pour leur extorquer des aveux. Les militants des droits de l’homme ont noté que les abus les plus flagrants se produisaient lors des arrestations ou dans les centres de détention. Les associations de défense des droits de l’homme ont déclaré que les plaignants présentaient souvent des preuves d’abus et que les gardiens n’enquêtaient pas sur ces plaintes. Ces organisations non gouvernementales (ONG) ont également allégué que des gardiens maltraitaient des détenus, y compris des enfants, et contraignaient certaines femmes à échanger des relations sexuelles contre un meilleur traitement.

Selon le portail en ligne Conduct in UN Field Missions , une allégation d’exploitation et d’abus sexuels par des soldats de la paix du pays déployés auprès de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo a été soumise en juillet 2020, impliquant prétendument une relation d’exploitation avec un adulte. En septembre, les Nations Unies enquêtaient sur l’allégation.

L’impunité était un problème important dans les forces de sécurité, en particulier chez les gendarmes, la police et les forces militaires. Les facteurs contribuant à l’impunité comprenaient la corruption, le manque de formation, la politisation des forces et le manque de transparence dans les enquêtes. Les bureaux chargés d’enquêter sur les abus comprenaient des tribunaux civils et militaires et des inspecteurs généraux du gouvernement au sein du ministère de la Sécurité et de la Protection civile. En septembre, le CNRD a annoncé un nouveau numéro vert public permettant aux citoyens de signaler les abus de pouvoir des forces de défense et de sécurité. À la fin de l’année, le CNRD avait renvoyé deux soldats des forces armées pour vandalisme et pillage sur la base d’informations reçues de la hotline.

Conditions des prisons et des centres de détention

Les conditions dans les prisons civiles, qui sont sous la supervision du ministère de la Justice, sont restées abusives, avec de mauvaises conditions sanitaires, la malnutrition, la maladie et le manque de soins médicaux omniprésents dans tout le système pénitentiaire. Les conditions auraient été pires dans les centres de détention de gendarmerie et de police conçus pour les détentions de courte durée.

Conditions physiques : Le surpeuplement demeure un problème. Selon des sources gouvernementales, entre janvier et février, la prison centrale de Conakry à Conakry a détenu 1 570 prisonniers dans un établissement conçu pour 300 (523 % de la capacité totale) ; Nzerekore détenait 271 prisonniers dans un établissement conçu pour 80 (339 % de la capacité totale) ; et Kakan en détenait 229 dans une installation conçue pour 80 (286 % de la capacité totale). Les programmes de réhabilitation financés par le gouvernement étaient sous-financés et inefficaces, ce qui a conduit certaines ONG à essayer de combler le vide.

Les responsables de la prison détenaient les hommes et les femmes séparément. Les autorités détenaient les mineurs dans des sections séparées des prisons et des centres de détention, où ils dormaient sur des lits superposés en fer sans matelas, ou sur le sol car il faisait trop chaud sur les couchettes supérieures sous le toit métallique du bâtiment. Les autorités pénitentiaires ne séparaient pas les prévenus des condamnés. Selon certaines informations, le gouvernement avait du mal à localiser les personnes en détention provisoire dans le système judiciaire.

Entre décembre 2020 et janvier, au moins trois membres de l’opposition sont morts en détention provisoire, apparemment en raison des mauvaises conditions de vie en prison. Un quatrième membre est décédé peu de temps après sa libération en décembre 2020. Les autorités n’ont enquêté sur aucun des nombreux décès de prisonniers signalés.

Bien que le Ministère de la justice administre les prisons civiles, les détenus contrôleraient l’attribution des cellules et offriraient de meilleures conditions dans certains centres de détention aux détenus qui étaient en mesure de payer. Des rumeurs ont persisté selon lesquelles les gardes ont ignoré les ordres du tribunal de libérer les prisonniers jusqu’à ce que des pots-de-vin soient payés.

Le manque de personnel de santé, de médicaments et de fournitures médicales dans les prisons, combiné à la malnutrition et à la déshydratation, a parfois rendu l’infection ou la maladie potentiellement mortelle ; des cas de béribéri ont été enregistrés. Seuls deux des 31 centres de détention disposaient d’un médecin et d’un personnel médical à plein temps. Les rapports faisant état de surpeuplement dans les services médicaux des centres de détention étaient courants, y compris à la prison centrale de Conakry. Les prisonniers comptaient sur les membres de leur famille, des organisations caritatives ou des ONG pour apporter des médicaments, mais les visiteurs devaient souvent payer des pots-de-vin pour fournir les médicaments aux prisonniers.

La mauvaise gestion et la négligence étaient monnaie courante. Les toilettes ne fonctionnaient apparemment pas et les prisonniers dormaient et mangeaient souvent dans le même espace utilisé à des fins sanitaires. L’accès à l’eau potable et à l’eau de baignade était insuffisant. De nombreuses prisons étaient d’anciens entrepôts avec peu de ventilation et peu d’accès à l’électricité pour la climatisation ou d’autres techniques de refroidissement.

Des ONG ainsi que l’Institution nationale des droits de l’homme ont signalé une malnutrition endémique dans tout le système carcéral. Les autorités ont fourni de la nourriture à la prison centrale de Conakry, mais la plupart des directeurs de prison se sont appuyés sur des organisations caritatives et des ONG pour fournir de la nourriture aux détenus. La prison centrale de Conakry a affirmé qu’elle fournissait deux repas par jour ; cependant, des ONG ont signalé que les prisonniers à Conakry et ailleurs ne recevaient qu’un seul repas par jour et que beaucoup dépendaient de la nourriture de leur famille ou d’autres sources extérieures. Les gardiens demandaient souvent des pots-de-vin pour livrer de la nourriture aux prisonniers, qu’ils confisquaient ensuite fréquemment.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et des ONG ont noté que les conditions dans les centres de détention de la gendarmerie, destinés à ne pas garder les détenus plus de deux jours en attendant leur procès, étaient bien pires que dans les prisons. Cette détention « temporaire » pouvait durer de quelques jours à plus de deux ans, et les établissements ne disposaient d’aucun système établi pour fournir des repas ou des soins médicaux. Comme dans le cas des prisons, les locaux de la gendarmerie étaient humides et insalubres.

Administration : Les autorités pénitentiaires n’ont pas enquêté sur les allégations crédibles d’abus ou de conditions de détention inhumaines. Les prisonniers et les détenus ont le droit de porter plainte mais l’ont rarement fait en raison des éventuelles représailles des gardiens de prison. Les prisonniers doivent faire appel à un avocat pour porter plainte, mais les avocats sont rares et chers. Les autorités pénitentiaires n’ont reçu que peu ou pas de formation pénale formelle et les gardiens de prison n’ont reçu qu’une formation militaire de base rudimentaire conçue pour les gendarmes. L’ONG locale Equal Rights for All a déclaré que la pratique religieuse était restreinte dans les prisons autres que la prison centrale de Conakry. Les détenus se sont plaints de se voir régulièrement refuser l’accès aux visiteurs, y compris aux membres de leur famille. Les visiteurs devaient souvent verser des pots-de-vin pour avoir accès aux prisonniers.

Surveillance indépendante : Des ONG locales telles que Equal Rights for All et l’Association de soutien aux réfugiés, personnes déplacées et détenues ont reçu un accès régulier et sans entrave à la prison centrale de Conakry ; les autorités accordaient rarement l’accès à d’autres installations pour surveiller les conditions.

Les conditions des prisons militaires, gérées par le ministère de la Défense, n’ont pas pu être contrôlées puisque le gouvernement a refusé l’accès aux groupes de défense des prisons et aux organisations internationales. Bien que les autorités militaires aient affirmé qu’elles ne détenaient pas de civils dans les prisons militaires, des cas signalés précédemment contredisent cette affirmation. Avant le coup d’État de septembre, des rapports indiquaient qu’il existait une prison dans un camp militaire sur l’île de Kassa et que des prisonniers politiques étaient parfois détenus dans un camp militaire près de Kankan.

D. ARRESTATION OU DÉTENTION ARBITRAIRE

La Charte de transition, la constitution précédente et la loi interdisent les arrestations et détentions arbitraires, mais le gouvernement n’a pas toujours respecté ces interdictions.

La loi prévoit le droit de toute personne de contester la légalité de son arrestation ou de sa détention, mais peu de détenus ont choisi cette option en raison des difficultés auxquelles ils pourraient être confrontés et de la peur des représailles.

Procédures d’arrestation et traitement des détenus

Bien que la loi exige des mandats d’arrêt, la police n’a pas toujours suivi ce protocole. La loi prévoit également que les détenus soient inculpés dans les 48 heures, renouvelables une fois si autorisé par un juge. Dans les affaires touchant à la sécurité nationale, la loi permet de porter la durée initiale de la détention à 96 heures, renouvelable une fois. De nombreux détenus ont été détenus pendant des périodes beaucoup plus longues avant d’être inculpés. Les autorités ont détenu la plupart des détenus dans les trois principales prisons indéfiniment et sans procès.

La loi interdit l’arrestation de personnes à leur domicile entre 21 heures et 6 heures du matin, mais des arrestations ont eu lieu entre ces heures. Après avoir été inculpé, l’accusé peut être détenu jusqu’à la conclusion de l’affaire, y compris une période d’appel. Les autorités ont systématiquement ignoré la disposition légale permettant aux accusés d’avoir un avocat et n’ont pas fourni aux accusés indigents un avocat aux frais du gouvernement.

La libération sous caution est laissée à l’appréciation du magistrat dont relève l’affaire. La loi permet aux détenus d’accéder rapidement aux membres de leur famille, mais l’accès a parfois été refusé ou restreint jusqu’à ce que les familles versent des pots-de-vin aux gardiens des centres de détention.

Arrestation arbitraire : Le CNRD a arrêté et détenu arbitrairement l’ancien président Alpha Condé le 5 septembre. Le 27 novembre, les autorités ont déplacé l’ancien président Condé de son emplacement précédent vers la maison de sa femme dans le quartier Dixinn de Conakry. En décembre, il est resté assigné à résidence sans inculpation.

En février 2020, les autorités ont arrêté sans inculpation plus de 30 personnes dans divers quartiers de Conakry et les ont détenues pendant plus d’un mois au camp de Soronkoni à Kankan, en Haute-Guinée. Les détenus ont déclaré avoir été arrêtés par la police et d’autres unités des services de sécurité, avoir été isolés et n’avoir eu aucun contact avec leur famille. Suite aux violences postélectorales à Nzerekore en mars 2020, des sources locales ont rapporté qu’au moins 40 personnes ont été transférées dans le même camp de Soronkoni. En septembre, le CNRD a libéré cinq autres de ces détenus. En décembre, le CNRD a libéré un total de 364 prisonniers politiques. (Voir la section 1.e., Prisonniers et détenus politiques, pour plus de détails concernant la situation postélectorale.)

Détention provisoire : En février, les personnes en détention provisoire constituaient 72 % de la population carcérale. Aucune information n’était disponible concernant la durée moyenne des détentions ou si les détentions excédaient la peine maximale possible.

La loi stipule que lorsque le procureur a délivré un mandat d’arrêt contre un individu ou qu’un individu est interrogé par un juge d’instruction, l’individu peut rester en détention pour un maximum de 24 mois dans des circonstances liées à la sécurité nationale.

En juin, les autorités ont provisoirement libéré un garçon de 17 ans, qui a passé trois ans en détention provisoire à la prison centrale de Conakry. Le garçon a été arrêté en 2018 et accusé de rassemblement non autorisé. Selon son avocat, il a été arrêté dans un quartier de Conakry près de l’endroit où un policier a été tué quelques jours auparavant. En décembre, les autorités n’avaient pas fixé de date de procès pour l’affaire.

E. REFUS D’UN PROCÈS PUBLIC ÉQUITABLE

Bien que la constitution et la loi prévoient un pouvoir judiciaire indépendant, le système judiciaire était en proie à la corruption. La Charte de transition affirme également l’engagement du CNRD en faveur d’une justice indépendante. Le processus judiciaire manquait souvent d’indépendance et d’impartialité. Le statut politique et social influençait souvent les décisions. Une pénurie d’avocats et de magistrats qualifiés, des lois obsolètes et restrictives, le népotisme et les préjugés ethniques ont limité l’efficacité du système judiciaire. Les ordonnances des tribunaux nationaux n’étaient souvent pas exécutées. Par exemple, certains prisonniers condamnés à être libérés par les tribunaux sont restés en détention parce qu’ils n’avaient pas payé les « frais de sortie » aux gardiens. D’un autre côté, les criminels politiquement liés échappent souvent aux poursuites.

De nombreux citoyens, méfiants face à la corruption judiciaire ou n’ayant pas d’autre choix, se sont appuyés sur les systèmes traditionnels de justice au niveau du village ou du quartier urbain. Les plaideurs ont présenté leurs affaires civiles devant un chef de village, un chef de quartier ou un conseil de « sages ». La ligne de démarcation entre les systèmes judiciaires formel et informel était vague, et les autorités renvoyaient parfois une affaire du système formel au système traditionnel pour assurer le respect par toutes les parties. De même, une affaire non résolue à la satisfaction de toutes les parties dans le système traditionnel pourrait être renvoyée au système formel d’arbitrage. Dans le système traditionnel, le témoignage des femmes avait moins de poids (voir section 6, Femmes).

Procédures d’essai

La Charte de transition, la Constitution précédente et la loi prévoient le droit à un procès équitable et public, et un système judiciaire indépendant, bien qu’accablé par la corruption et d’une efficacité limitée, s’est généralement efforcé de faire respecter ce droit.

Les procès sont publics et les accusés ont le droit d’être présents et de consulter un avocat en temps opportun. Les procès doivent être ponctuels. L’accusation prépare un dossier, y compris les témoignages et autres éléments de preuve, et en fournit une copie à la défense. Les accusés ont le droit de confronter et d’interroger les témoins à charge et de présenter des témoins et des preuves en leur propre nom. La loi prévoit la présomption d’innocence des accusés, l’indépendance des juges, l’égalité des citoyens devant la loi, le droit de l’accusé à un avocat (mais uniquement pour les crimes graves) et le droit de faire appel d’une décision judiciaire, mais ces droits n’étaient pas systématiquement respectés.

Les autorités doivent informer rapidement les accusés des accusations. Les prévenus ont droit à l’assistance gratuite d’un interprète, si nécessaire. Les accusés disposaient généralement de suffisamment de temps mais manquaient de ressources, telles que l’accès à un avocat, pour préparer leur défense. La plupart des affaires n’ont jamais abouti à un procès.

Bien que le gouvernement soit responsable du financement des frais de défense juridique dans les affaires pénales graves, il débourse rarement des fonds à cette fin. L’avocat de la défense ne recevait souvent aucun paiement. Les autorités ont permis aux avocats des détenus d’avoir accès à leurs clients, mais souvent à condition que des gardiens de prison ou des gendarmes soient présents. La loi prévoit que les accusés ont le droit de ne pas être contraints de témoigner ou d’avouer leur culpabilité, mais la torture ou d’autres traitements et conditions pénibles dans les centres de détention ont sapé cette protection.

Prisonniers et détenus politiques

Le gouvernement précédent et le CNRD ont arrêté ou convoqué des individus sans motif. La société civile a qualifié ces actions d' »intimidation politique ». Des sources locales ont estimé le nombre de ces personnes arrêtées ou convoquées à plus de 300. Le gouvernement a permis l’accès régulier à ces personnes par le Comité international de la Croix-Rouge ou d’autres organisations humanitaires ou de défense des droits de l’homme.

En mai, les autorités ont libéré 40 détenus arrêtés à la suite des violences postélectorales d’octobre 2020. Neuf des détenus libérés ont été arrêtés par les forces de sécurité pour leur proximité avec l’attaque collective d’octobre 2020 contre un train de marchandises exploité par le producteur d’aluminium Rusal, au cours de laquelle, selon des informations du gouvernement et de la presse, des assaillants ont tué quatre membres des forces de sécurité.

En juin, le président Condé a gracié quatre membres de premier plan de l’opposition qui avaient demandé la clémence à la suite de leur condamnation. Bien que les quatre aient été graciés et libérés, les condamnations sont restées dans leur dossier.

En juillet, le gouvernement a annoncé que quatre hauts responsables du parti politique d’opposition Union des forces démocratiques de Guinée avaient été libérés sous condition pour raisons médicales. Les membres avaient déjà été emprisonnés pour leur rôle présumé dans les violences postélectorales à la suite de l’élection présidentielle d’octobre 2020. L’un d’eux a cependant été renvoyé en prison en août pour avoir violé les conditions de sa liberté provisoire. Il faisait également partie des 79 détenus libérés par le CNRD le 7 septembre.

Le 5 septembre, le colonel Doumbouya et le CNRD ont annoncé leur intention de libérer tous les prisonniers politiques et militants emprisonnés sous l’administration de l’ancien président Condé. Le CNRD a demandé aux ministères de la justice et de la défense de se coordonner étroitement avec le parquet, l’administration pénitentiaire et les avocats pour libérer tous les détenus.

Le 7 septembre, le CNRD a libéré 79 détenus politiques de la prison centrale de Conakry. Bon nombre des libérés étaient des membres éminents de l’opposition tels que Oumar Sylla (Fonike Mengue), Abdoulaye Bah, Etienne Soropogui, Ismael Conde et Keamou Bogolan Haba. Le 24 septembre, le CNRD a libéré 12 détenus, dont cinq militaires et deux civils détenus à Conakry, et cinq militaires détenus au camp Soronkoni. Le 28 septembre à Kankan, le CNRD a libéré un détenu militaire et le colonel Doumbouya a gracié cinq militaires précédemment condamnés et emprisonnés.

Avant le coup d’État du 5 septembre, en février, Amnesty International a rapporté que lors des élections de mars et d’octobre 2020, il y avait eu « 400 arrestations arbitraires visant des opposants et des membres de la société civile après l’élection présidentielle ». Les avocats des détenus ont rapporté que les autorités ont procédé à de nombreuses arrestations lors de perquisitions de maison en maison la nuit dans des quartiers considérés comme des bastions de l’opposition. Les autorités auraient également fait un usage excessif de la force lors des arrestations. Le gouvernement a annoncé que ces personnes avaient été arrêtées pour avoir participé à des violences postélectorales.

En mars, le président Condé a gracié sept mineurs qui auraient été membres de l’opposition et ont été arrêtés immédiatement après l’élection présidentielle d’octobre 2020 pour « rassemblement illégal sur la voie publique ».

Procédures judiciaires civiles et recours

La loi prévoit une procédure judiciaire en matière civile, y compris les poursuites en dommages-intérêts pour les violations des droits de l’homme. Peu de personnes ont intenté des poursuites en dommages-intérêts pour atteintes aux droits humains, en partie à cause de la crainte du public de poursuivre les membres des forces de sécurité et du manque de confiance dans la compétence et l’impartialité du pouvoir judiciaire. Certaines affaires ont été portées en appel devant la Cour de justice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Saisie et restitution de biens

En 2019, le gouvernement a expulsé de force des personnes de quatre quartiers de Conakry. Le gouvernement a allégué que les habitants étaient des squatters sur des terres prévues depuis longtemps comme site de relocalisation de plusieurs ministères. Les autorités ont démoli environ 2 500 bâtiments, entraînant l’expulsion de 20 000 personnes, dont certaines auraient été légalement propriétaires de leurs terres. Les victimes ont formé un collectif et ont fait appel à la Cour de justice de la CEDEAO pour obtenir réparation. Le 11 septembre, l’association des victimes a fait une déclaration publique demandant de l’aide et l’inculpation de l’ancien ministre du Logement pour avoir détruit leurs maisons. Au 30 septembre, la Cour de justice de la CEDEAO a suspendu toutes les procédures judiciaires en cours avec le pays en raison du coup d’État. Le gouvernement n’a fait aucun effort pour protéger, assister, réinstaller,

F. INGÉRENCE ARBITRAIRE OU ILLÉGALE DANS LA VIE PRIVÉE, LA FAMILLE, LE DOMICILE OU LA CORRESPONDANCE

La constitution et la loi interdisent de telles actions, mais la police aurait ignoré les procédures légales dans la poursuite des suspects, y compris lorsque cela servait leurs intérêts personnels. Les autorités ont parfois expulsé des personnes de leur domicile sans autorisation légale, volé leurs effets personnels et exigé le paiement de la remise de leurs effets.

Le gouvernement a continué d’arrêter ou de punir des membres de la famille pour des infractions présumées commises par des proches.

Section 2. Respect des libertés publiques

A. LIBERTÉ D’EXPRESSION, Y COMPRIS POUR LES MEMBRES DE LA PRESSE ET DES AUTRES MÉDIAS

La Charte de transition du 27 septembre prévoit la liberté d’expression, y compris pour les membres de la presse et d’autres médias, et stipule que les lois relatives à la liberté d’expression, qui étaient en place avant le coup d’État du 5 septembre, resteraient en vigueur.

Avant le 5 septembre, la constitution et la loi prévoyaient la liberté d’expression, y compris pour la presse, mais de nombreux rapports faisaient état d’efforts du gouvernement pour intimider la presse et restreindre la liberté de la presse.

Liberté d’expression des membres de la presse et des autres médias, y compris les médias en ligne : Les médias indépendants et appartenant à l’opposition étaient actifs et ont généralement exprimé une grande variété d’opinions. La presse écrite avait une portée limitée. La radio reste la principale source d’information du public et de nombreuses stations privées diffusent dans tout le pays. Les émissions d’appel à la radio FM étaient populaires et permettaient aux citoyens d’exprimer un large mécontentement à l’égard du gouvernement. L’augmentation du nombre de sites Web d’information en ligne reflète la demande croissante d’opinions divergentes. Néanmoins, des allégations ou des critiques à l’encontre du gouvernement Condé pourraient entraîner des représailles gouvernementales, notamment des suspensions, des amendes et des arrestations. Le CNRD aurait exercé des représailles contre un média affilié à l’ancien président Condé.

Violence et harcèlement : Des informations ont fait état d’arrestations arbitraires, de harcèlement et d’intimidation de journalistes par des responsables du gouvernement Condé et des autorités de transition du CNRD.

Le 18 juillet, la police a arrêté le journaliste Habib Marouane Kamara à Conakry et l’a conduit au bureau du directeur de la police judiciaire où il a été interrogé pendant plusieurs heures. Selon son avocat, Kamara a été poursuivi pour diffamation et chantage à la suite d’une plainte du nouveau directeur de la Compagnie des eaux de Guinée. Kamara avait précédemment critiqué les nominations de dirigeants de compagnies des eaux, dont la femme du PDG, sur sa page Facebook. Le Syndicat des professionnels de la presse privée a dénoncé son arrestation et l’absence de convocation judiciaire. Les autorités ont libéré Kamara après deux nuits en garde à vue.

Le 9 octobre, les forces de sécurité ont fait une descente dans l’enceinte de Djoma Media , un média privé qui aurait des liens avec l’ancien président Condé. L’armée a affirmé qu’elle cherchait des véhicules gouvernementaux disparus, bien qu’elle n’ait pas de mandat pour entrer dans l’enceinte. Des coups de feu ont éclaté sur les lieux, blessant deux personnes, après que les agents de sécurité de Djoma Media ont refusé d’autoriser l’accès.

Censure ou restrictions de contenu : Le gouvernement Condé a sanctionné les médias et les journalistes qui ont diffusé des articles critiquant les responsables gouvernementaux et leurs actions. Certains journalistes ont accusé des représentants du gouvernement de tenter d’influencer le ton de leurs reportages.

Selon certaines informations, les autorités du CNRD ont interdit aux journalistes de couvrir certaines réunions du gouvernement de transition et gelé les avoirs de Djoma Media , un média lié à l’ancien président Condé. Selon des sources médiatiques, les comptes bancaires ont été gelés en raison de « mouvements d’argent injustifiés ». Le fondateur de Djoma Media , Kabinet Sylla (connu sous le nom de « Bill Gates »), était un ancien fonctionnaire du gouvernement et confident de l’ancien président Condé. A la fin de l’année, les comptes restaient inaccessibles.

Le 8 octobre, selon Reporters sans frontières, les autorités du CNRD ont interdit à plusieurs chaînes de télévision privées de filmer la cérémonie de prestation de serment du Premier ministre du CNRD, Mohamed Beagovui. La Radio Télévision de Guinée, propriété de l’État, était souvent le seul média invité à couvrir les réunions du gouvernement Condé ; il est resté la seule plate-forme pour les annonces officielles du CNRD au public.

Lois sur la diffamation/diffamation : la diffamation contre le chef de l’État, la calomnie et les faux rapports sont des infractions pénales passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans et de lourdes amendes. Les responsables du gouvernement Condé ont utilisé ces lois pour harceler les dirigeants de l’opposition et les journalistes. Les journalistes ont allégué que les poursuites en diffamation visaient des personnes critiques du gouvernement pour faire taire la dissidence.

Le 4 février, un tribunal de Conakry a condamné le journaliste sportif Ibrahima Sadio Bah à six mois de prison et à une amende pour avoir diffamé Mamadou Antonio Souaré, le président de la fédération nationale de football.

Le 27 février, les autorités ont arrêté et détenu le journaliste sportif et historien Amadou Dioulde Diallo pour avoir prétendument insulté le président Condé lors d’un débat radiophonique. Reporters sans frontières, des associations de presse locales et l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme ont exprimé leur inquiétude face à cette arrestation et ont dénoncé son incarcération, affirmant qu’il s’agissait d’une violation de la loi sur la liberté de la presse. Le 19 mai, un tribunal l’a condamné à une amende substantielle et l’a libéré.

En janvier, trois journalistes détenus depuis 2018 de la radio privée Nostalgie FM, ont été poursuivis pour « diffamation, dénonciation calomnieuse et injures ». Les journalistes ont été condamnés le 13 janvier à deux mois de prison avec sursis et à une amende. Lors d’un épisode de 2018 de leur émission de radio Africa 2025, un ancien professeur de l’école primaire Saint Joseph de Cliny a appelé pour dénoncer les conditions de travail à l’école. En réponse, le directeur de l’école a porté plainte contre les journalistes qui ont animé l’émission. L’avocat des journalistes a annoncé qu’ils feraient appel de la décision. En décembre, l’appel était pendant devant la cour d’appel de Conakry. Plusieurs associations de presse locales ont publié un communiqué de presse annonçant leur soutien aux journalistes et préconisant l’annulation de leur peine. Le 15 janvier, le Syndicat des professionnels de la presse privée a organisé un sit-in devant le tribunal pour dénoncer la décision.

En décembre 2020, le ministre de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Zenab Nabaya Drame, a poursuivi les trois journalistes pour diffamation pour avoir publié un article l’impliquant dans le détournement d’environ 219 milliards de francs guinéens (GNF) (22,3 millions de dollars) de fonds publics en tant que ministre et dans d’anciens postes. en tant que directeur des finances aux ministères de la santé et de l’agriculture. Le ministre a retiré la plainte en février après que le tribunal a décidé qu’il ne pouvait pas poursuivre l’affaire tant qu’une enquête était en cours sur les allégations de détournement de fonds (voir section 4, Corruption et manque de transparence au sein du gouvernement).

Sécurité nationale : Les autorités ont utilisé la loi pour punir les journalistes et les cadres des médias critiques à l’égard du gouvernement.

En novembre 2020, après avoir été détenu pendant trois semaines, le blogueur pro-opposition guinéen-canadien Mamady Conde (alias Madic 100 Frontières) a été accusé de diffamation, menaces, xénophobie, incitation à la révolte et atteinte aux intérêts fondamentaux de l’État. Il a été reconnu coupable le 8 février et condamné à cinq ans de prison et à une amende pour « téléchargement et diffusion de messages, photos, dessins à caractère raciste, xénophobie, menaces, violences et injures par le biais d’un système informatique ». Sa peine a été réduite à un an le 10 juin après un appel. Le président Condé de l’époque a gracié Mamady Condé ainsi que trois autres membres de l’opposition de haut niveau en juillet après que les quatre aient écrit des lettres de contrition sollicitant la clémence.

Liberté d’Internet

Le gouvernement Condé a restreint et perturbé l’accès à Internet. Il n’a pas censuré le contenu en ligne et il n’y a eu aucun rapport crédible indiquant que le gouvernement surveillait les communications privées en ligne sans autorisation légale appropriée. Le gouvernement Condé, cependant, a surveillé les plateformes de médias sociaux et a exploité la loi pour punir les journalistes pour avoir publié ou partagé des informations critiquant le gouvernement.

Liberté académique et événements culturels

Aucun rapport n’a fait état de restrictions gouvernementales à la liberté académique.

B. LIBERTÉS DE RÉUNION PACIFIQUE ET D’ASSOCIATION

La Charte de transition et la loi prévoient la liberté de réunion et d’association pacifiques, tout comme la constitution avant sa suspension le 5 septembre. Le gouvernement Condé et les autorités de transition du CNRD interdisent régulièrement les manifestations et les rassemblements publics.

Liberté de réunion pacifique

La Charte de transition et la constitution précédente prévoient la liberté de réunion et d’association pacifiques, mais le gouvernement Condé et le CNRD ont restreint ce droit, principalement pour atténuer la propagation du COVID-19. La loi interdit toute réunion à caractère ethnique ou racial ou tout rassemblement « dont la nature menace l’unité nationale ». Avant le 5 septembre, le gouvernement exigeait un préavis de 72 heures ouvrables pour les rassemblements publics. La loi autorise l’interdiction de manifestations ou de réunions si les autorités locales estiment que l’événement constitue une menace pour l’ordre public. Les autorités peuvent tenir les organisateurs d’événements pénalement responsables en cas de violence ou de destruction de biens. La loi punit quiconque entrave le droit de manifester d’une peine d’un à six mois d’emprisonnement et d’une amende substantielle.

Le CNRD a utilisé les précédentes restrictions liées au COVID-19 pour limiter les rassemblements publics non autorisés. Bien que le CNRD ait autorisé des marches de célébration manifestant son soutien au colonel Doumbouya, le 11 septembre, le CNRD a interdit toutes les marches et manifestations pour des raisons de santé publique. Le CNRD a fermement condamné une marche dirigée par le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) de l’aéroport international de Conakry au cercle de Bambeto le 18 septembre pour saluer le retour du haut dirigeant du FNDC en exil, Sekou Koundouno. Aucune violence n’a été signalée pendant la marche.

Avant le 5 septembre, les grandes manifestations étaient généralement accueillies par une réponse brutale de la part des forces de sécurité, notamment des arrestations arbitraires, des gaz lacrymogènes et un recours excessif à la force. Depuis le 5 septembre, les interactions rapportées des forces de sécurité avec les manifestants ont été plus restreintes.

Le 11 décembre, des partisans de l’ancien président Condé se sont rassemblés devant leur parti, le Rassemblement du peuple guinéen Arc-en-Ciel, siège à Conakry pour exiger sa libération. Les forces de sécurité ont déployé et utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Les médias ont indiqué que huit militants avaient été arrêtés puis relâchés le 13 décembre. Les responsables gouvernementaux ont applaudi la réponse des forces de sécurité à la manifestation non autorisée, citant le respect des normes établies et aucun blessé ni décès signalé. Des dirigeants de la société civile et d’autres partis politiques ont dénoncé la réponse du gouvernement.

Avant le 5 septembre, la décision d’interdire une réunion ou une manifestation pouvait faire l’objet d’un recours devant le Tribunal de première instance.

Liberté d’association

La Charte de transition et la constitution précédente prévoient la liberté d’association, et les autorités avant et après le 5 septembre ont généralement respecté cette disposition. Les conditions d’obtention de la reconnaissance officielle des associations publiques, sociales, culturelles, religieuses ou politiques n’étaient pas lourdes, même si des retards bureaucratiques empêchaient parfois l’enregistrement. (Voir la section 3, Partis politiques et participation politique, pour plus d’informations sur l’enregistrement des partis politiques.)

C. LA LIBERTÉ DE RELIGION

Voir le rapport du Département d’État sur la liberté religieuse internationale à l’ adresse https://www.state.gov/religiousfreedomreport/ .

D. LIBERTÉ DE MOUVEMENT ET DROIT DE QUITTER LE PAYS

La Charte de transition et la constitution autorisent la liberté de mouvement interne, les voyages à l’étranger, l’émigration et le rapatriement, mais le gouvernement a parfois restreint ces droits.

Circulation à l’intérieur du pays : Le gouvernement exige que tous les citoyens âgés de plus de 18 ans soient munis d’une carte d’identité nationale, qu’ils doivent présenter sur demande aux points de contrôle de sécurité.

La police et les gendarmes ont régulièrement établi des points de contrôle aléatoires où ils ont régulièrement demandé aux conducteurs de payer des « péages » ou d’autres frais illégaux. Des policiers et des gendarmes ont parfois volé et battu des voyageurs à ces points de contrôle et les ont parfois menacés de mort. En août, dans le cadre des mesures gouvernementales visant à fournir une aide financière aux conducteurs confrontés à des prix du carburant plus élevés, le ministre de la Sécurité a annoncé l’interdiction formelle à tout agent des forces de l’ordre d’extorquer les conducteurs et autres transporteurs, notant que les agents des forces de l’ordre qui érigeaient des points de contrôle non autorisés s’exposer à des sanctions. Le ministre a également annoncé la réduction du nombre total de points de contrôle officiels à travers le pays.

Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, il a été demandé aux voyageurs de présenter un test COVID-19 négatif ou un certificat de vaccination. Certains voyageurs ont déclaré avoir été contraints de payer une amende ou un «péage» s’ils n’avaient pas de test ou de certificat négatif. L’état d’urgence sanitaire restait en vigueur en fin d’année.

Voyages à l’étranger : Suite au coup d’État du 5 septembre, les autorités du CNRD ont interdit à l’ancien président Condé et à ses anciens membres du cabinet de voyager à l’étranger. Le CNRD a demandé aux anciens hauts fonctionnaires du gouvernement de remettre leurs documents de voyage personnels et officiels.

Avant le 5 septembre, le gouvernement Condé avait interdit à de nombreux membres des partis d’opposition et citoyens privés de voyager. À la suite de l’élection présidentielle d’octobre 2020, le gouvernement Condé a empêché le président du parti d’opposition Union des forces démocratiques de Guinée Cellou Dalein Diallo, son épouse et le vice-président du parti Fode Oussou Fotana de quitter le pays. Le gouvernement a également empêché plusieurs autres membres de l’opposition, dont le président de l’Union des forces républicaines Sidya Touré et le chef d’état-major Mohamed Tall, et le président du parti Nouvelle Génération pour la République Abe Sylla, et d’autres qui se sont prononcés contre le président Condé de quitter le pays même en cas où un déplacement était nécessaire pour un traitement médical.

E. STATUT ET TRAITEMENT DES PERSONNES DÉPLACÉES INTERNES

N’est pas applicable.

F. PROTECTION DES RÉFUGIÉS

Le gouvernement a coopéré avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et d’autres organisations humanitaires pour fournir protection et assistance aux réfugiés, aux réfugiés de retour ou aux demandeurs d’asile, ainsi qu’à d’autres personnes relevant de sa compétence.

Accès à l’asile : La Charte de transition et les lois prévoient l’octroi de l’asile ou du statut de réfugié, et le gouvernement a mis en place un système de protection des réfugiés. La loi sur le droit d’asile et la protection des réfugiés contient des dispositions visant à protéger les individus contre l’expulsion.

Solutions durables : Des procédures de rapatriement existaient et permettaient aux réfugiés de choisir un rapatriement volontaire. Les rapatriements volontaires, précédemment suspendus en raison du COVID-19, ont repris. Les réfugiés ivoiriens ont constitué la majorité des rapatriements volontaires au cours de l’année. Selon les données du HCR, au 7 décembre, 23 réfugiés désignés par le HCR ont été rapatriés, tandis que 8 622 rapatriés et autres personnes relevant de sa compétence ont été volontairement rapatriés dans leur pays d’origine.

G. APATRIDES

Il y avait quelques centaines d’apatrides, dont la plupart venaient de Sierra Leone. Ces personnes ne remplissaient aucun des critères de citoyenneté. Selon le HCR, ces personnes n’ont demandé ni rapatriement ni intégration sur place. Le gouvernement n’a pas pu fournir d’informations sur les apatrides en raison d’un manque d’activités d’identification.

Section 3. Liberté de participer au processus politique

Avant le 5 septembre, la constitution et la loi offraient aux citoyens la possibilité de choisir leur gouvernement lors d’élections périodiques libres et équitables tenues au scrutin secret et au suffrage universel et égal, mais le gouvernement Condé et les autorités de transition du CNRD ont restreint ce droit. La Charte de transition appelle à des élections locales et nationales libres et équitables après la création du Conseil national de transition pour déterminer le calendrier des élections et rédiger la constitution. En décembre, le conseil n’avait pas été formé. Le 5 septembre, le colonel Mamadi Doumbouya et les forces spéciales militaires ont arrêté le président Alpha Condé et ont pris le pouvoir par un coup d’État.

ÉLECTIONS ET PARTICIPATION POLITIQUE

Élections récentes : À la suite de l’élection présidentielle d’octobre 2020 et d’une contestation judiciaire infructueuse du candidat présidentiel de l’opposition Cellou Dalein Diallo, en novembre 2020, la Cour constitutionnelle a certifié que le président Condé avait été réélu avec 59,5 % des voix. Diallo a revendiqué la victoire et a appelé ses partisans à protester contre les résultats des élections. Les forces de sécurité gouvernementales ont violemment dispersé les manifestants et encerclé le domicile de Diallo.

Bien que le jour des élections se soit déroulé relativement bien, les observateurs internationaux et nationaux ont exprimé leurs inquiétudes concernant les problèmes non résolus des listes électorales, la violence généralisée avant et après les élections, les restrictions à la liberté de réunion, le manque de transparence dans la tabulation des votes, le transport incertain des bulletins de vote et les incohérences entre les résultats annoncés. et les résultats des feuilles de pointage des bureaux de vote.

Le nombre de personnes blessées et tuées lors des violences pré et postélectorales a été largement contesté entre le gouvernement et les groupes d’opposition. Des responsables gouvernementaux ont affirmé qu’au moins 50 personnes avaient été tuées, tandis que l’opposition a publié une liste de 46 personnes tuées et estimait qu’au moins 200 personnes avaient été blessées lors des violences. Amnesty International a fait état de 400 arrestations arbitraires visant des opposants et des membres de la société civile après l’élection présidentielle.

Partis politiques et participation politique : Il n’y avait aucune restriction officielle à la formation de partis politiques au-delà des exigences d’enregistrement. Les partis ne peuvent pas représenter une seule région ou ethnie. Le gouvernement Condé a parfois retardé l’enregistrement des partis d’opposition. Depuis le 5 septembre, le gouvernement continue de refuser l’accréditation au Bloc pour le changement en Guinée, malgré une décision de la Cour de justice de la CEDEAO, et au Mouvement libéral démocrate, malgré une injonction de la Cour suprême en janvier d’accréditer le parti. Le gouvernement a été accusé de conditionner l’accréditation des deux partis à leur engagement de ne pas s’opposer au gouvernement ou de rejoindre l’opposition politique.

En octobre 2020, le gouvernement a fermé le principal bureau du parti politique de l’Union des forces démocratiques de Guinée à Conakry pour des raisons de mesures de santé publique liées au COVID-19 et de sécurité nationale, empêchant le parti d’utiliser l’espace pour des réunions et des assemblées. Le parti a fait appel aux tribunaux pour rouvrir leur bureau, mais leurs appels ont été rejetés. Le CNRD a rouvert les locaux le 6 septembre.

PARTICIPATION DES FEMMES ET DES MEMBRES DE GROUPES MINORITAIRES :

Aucune loi ne limite la participation des femmes ou des membres de groupes minoritaires au processus politique et elles y ont participé. Les observateurs ont toutefois noté qu’il existait des contraintes culturelles à la participation politique des femmes, comme en témoigne le faible taux de femmes occupant des postes politiques ou gouvernementaux influents. Les élections présidentielles d’octobre 2020 ont vu deux candidates se présenter aux élections. La participation politique des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, queer et intersexuées (LGBTQI+) était inexistante en raison de la stigmatisation culturelle et des tabous qui poussaient les personnes LGBTQI+ à cacher leur statut. Des femmes occupaient six des 26 postes au niveau du cabinet dans le gouvernement de transition formé après le 5 septembre. La Charte de transition stipule que 30 % de tous les sièges du Conseil national de transition doivent être occupés par des femmes. Depuis le 7 décembre,

Avant le 5 septembre, 11 des 36 postes ministériels étaient occupés par des femmes. À l’Assemblée nationale, 17 des 114 sièges étaient occupés par des femmes. Avant les élections législatives de mars 2020, les femmes détenaient 25 des 114 sièges à l’Assemblée nationale. La loi exige que les femmes constituent 50 pour cent d’une liste de candidats pour chaque parti pour les postes électoraux. La loi s’applique aux élections nationales et locales, ainsi qu’aux postes électifs dans les institutions publiques.

Section 4. Corruption et manque de transparence au sein du gouvernement

La loi prévoit des sanctions pénales pour la corruption, mais le gouvernement n’a pas appliqué la loi de manière efficace. Il y a eu de multiples allégations au cours de l’année de pratiques de corruption par des agents publics qui sont restées impunies.

Corruption : Les autorités de l’administration Condé ont poursuivi très peu de cas, et encore moins ont abouti à des condamnations. Les allégations de corruption allaient des fonctionnaires de bas niveau et des directeurs d’entreprises d’État aux ministres et à la présidence. Les fonctionnaires auraient détourné des fonds publics à des fins privées ou à des fins publiques illégitimes, comme l’achat de véhicules coûteux pour les fonctionnaires. Les ventes de terrains et les contrats commerciaux manquaient généralement de transparence. Les chefs d’entreprise ont affirmé que les procédures réglementaires étaient opaques et facilitaient la corruption.

En novembre 2020, plusieurs médias locaux ont publié un article impliquant le ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Zenab Nabaya Drame, dans le détournement d’environ 219 milliards de GNF (22,3 millions de dollars) en tant que ministre et alors qu’il occupait d’anciens postes de directeur des finances dans les ministères. de la santé et de l’agriculture. Selon les médias, Drame était responsable d’environ 100 milliards de GNF (10,2 millions de dollars) de dépenses injustifiées pendant son mandat de directrice des finances du ministère de la Santé ; elle aurait détourné 56 milliards de GNF (5,71 millions de dollars) pendant son séjour au ministère de l’Agriculture ; alors qu’en tant que ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, elle aurait siphonné 35 milliards de GNF (3. 57 millions) d’un programme de construction de nouvelles installations de formation professionnelle en Haute Guinée et dans la région forestière qui n’ont jamais été construites et ont surchargé 28 milliards de GNF (2,86 millions de dollars) pour administrer les examens scolaires à l’échelle nationale. Drame a poursuivi les journalistes pour diffamation mais a abandonné son action en février en raison de l’enquête sur la corruption, qui était en cours en décembre (voir section 2.a., Lois sur la diffamation/calomnie). En janvier, les autorités ont annoncé que le tribunal de première instance de Kaloum entendrait l’affaire de corruption, mais la procédure judiciaire n’a pas avancé avant le coup d’État du 5 septembre.

Section 5. Position gouvernementale à l’égard des enquêtes internationales et non gouvernementales sur les allégations d’atteintes aux droits de l’homme

Certains groupes nationaux et internationaux de défense des droits humains ont surveillé et tenté de diffuser des informations sur les violations des droits humains. Ils fonctionnaient généralement sans restriction gouvernementale. Les représentants du gouvernement ont rarement été coopératifs et sensibles à leurs points de vue. Depuis le 5 septembre, les responsables du CNRD ont inclus des groupes de défense des droits de l’homme dans le cadre du processus de dialogue national. Les ONG sont tenues de renouveler leur permis auprès du gouvernement tous les trois ans.

Organismes gouvernementaux des droits de l’homme : L’Institution nationale des droits de l’homme promeut la sensibilisation aux droits de l’homme et enquête sur les abus. L’institution a été controversée dès sa création car elle a été créée d’une manière différente de celle prescrite par la loi. Il est resté inefficace et manquait d’indépendance sous l’administration Condé.

Le gouvernement Condé n’a pas établi de commission vérité et réconciliation comme recommandé dans le rapport final de 2016 de la Commission pour la réconciliation nationale. Avant le 5 septembre, le comité technique organisé au sein du Cabinet du Premier ministre pour établir la commission n’avait pas finalisé le projet de loi sur son profil, son mandat et ses membres. Le CNRD n’a pris aucune mesure pour établir la commission.

Section 6. Discrimination et abus sociétaux

FEMMES

Viol et violence domestique : La loi criminalise le viol et la violence domestique, mais les deux se sont produits fréquemment et les autorités ont rarement poursuivi les auteurs. La loi ne traite pas du viol conjugal ni du sexe des survivants. Le viol est passible de cinq à 20 ans de prison. Les survivants ont souvent refusé de signaler les crimes à la police en raison de la coutume, de la peur de la stigmatisation, des représailles et du manque de coopération de la police ou des gendarmes enquêteurs. Des études ont indiqué que les citoyens étaient également réticents à signaler les crimes parce qu’ils craignaient que la police demande au survivant de payer pour l’enquête.

Dans les affaires de violence domestique, les autorités peuvent porter plainte pour voies de fait générales, passibles de peines de deux à cinq ans de prison et d’amendes. La violence à l’égard d’une femme qui cause une blessure est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison et d’une amende. Si la blessure entraîne une mutilation, une amputation ou toute autre perte de parties du corps, elle est passible de 20 ans d’emprisonnement ; si la victime décède, le crime est passible de la réclusion à perpétuité. Les voies de fait constituent un motif de divorce en droit civil, mais la police est rarement intervenue dans les conflits domestiques et les tribunaux ont rarement puni les auteurs.

Mutilations Génitales Féminines/Excision (MGF/E) : Bien que la Charte de Transition n’interdise pas explicitement les MGF/E, elle accorde aux individus le droit à leur intégrité physique. Avant le 5 septembre, la constitution et les lois interdisaient les MGF/E. Le pays avait un taux de prévalence des MGF/E extrêmement élevé. Selon une enquête de l’UNICEF de 2018, 94,5 % des femmes et des filles âgées de 15 à 49 ans avaient subi cette intervention, qui était pratiquée dans tout le pays et parmi tous les groupes religieux et ethniques. Le taux de MGF/E chez les filles âgées de 6 à 14 ans a baissé de 6 points de pourcentage depuis 2015.

La loi prévoit une peine d’emprisonnement de cinq à 20 ans et une amende si la victime est gravement blessée ou décède ; si la victime décède dans les 40 jours suivant la procédure, la peine peut aller jusqu’à la prison à vie ou la mort. La loi prévoit des peines d’emprisonnement de trois mois à deux ans et des amendes pour les auteurs qui n’infligent pas de blessures graves ou la mort. Ces lois n’ont pas été effectivement ou régulièrement appliquées. En 2019, le gouvernement Condé a adopté un plan d’action pour éliminer les MGF/E (2019-23) qui comprenait l’intégration de modules MGF/E dans le programme de la Faculté de médecine de l’Université de Conakry et la mise à jour du programme des sages-femmes et des étudiants en travail social. Au cours de l’année, l’administration Condé a continué de coopérer avec les ONG et les organisations de jeunesse dans leurs efforts pour éradiquer les MGF/E et éduquer les agents de santé, les employés du gouvernement,

Les 25 et 26 octobre, le CNRD a nommé Morissanda Kouyate, militante de longue date des droits des femmes et de l’éradication des MGF/E, au poste de ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale, de l’Intégration africaine et des Guinéens à l’étranger.

Harcèlement sexuel : La loi interdit toutes les formes de harcèlement au travail, y compris le harcèlement sexuel ; cependant, la Charte de transition ne mentionne pas explicitement le harcèlement au travail ou sexuel. Avant le 5 septembre, la constitution interdisait le harcèlement fondé sur le sexe, la race, l’origine ethnique, les opinions politiques et d’autres motifs. Le ministère du Travail n’a documenté aucun cas de harcèlement sexuel, malgré sa fréquence. La loi sanctionne le harcèlement sexuel. Les peines vont de trois mois à deux ans de prison et le paiement d’une amende, selon la gravité du harcèlement. Les autorités ont rarement appliqué la loi.

Selon l’Union des travailleurs guinéens, les femmes travaillant dans le secteur public ont signalé des répercussions professionnelles, une marginalisation et des menaces de la part de leurs supérieurs lorsqu’elles n’acceptaient pas leurs avances.

Droits reproductifs : Aucun cas d’avortement forcé ou de stérilisation involontaire de la part des autorités gouvernementales n’a été signalé.

Aucune loi n’a affecté négativement l’accès à la contraception, mais la faible accessibilité et la mauvaise qualité des services de planification familiale ainsi que les choix limités en matière de contraception ont entravé l’accès. Les barrières culturelles comprenaient un manque d’engagement ou de soutien du partenaire masculin pour la décision d’une femme d’utiliser les services de planification familiale ; le manque de pouvoir de décision des femmes, car dans de nombreux cas, les femmes avaient besoin de l’approbation de leur mari avant d’utiliser les services de santé, y compris la planification familiale ; et les attentes pour les couples de jeunes mariés d’avoir des enfants. Les croyances religieuses entravaient également l’accès. Selon l’ Enquête démographique et de santé de 2018 , le taux de prévalence de la contraception moderne chez les femmes âgées de 15 à 49 ans mariées ou en couple était de 11 %.

Selon l’ Enquête démographique et de santé de 2018 , 55 % des femmes ont accouché en présence d’un professionnel de la santé qualifié. Le manque de soins de santé de qualité et les obstacles socioculturels, tels que le fait de préférer une femme auxiliaire de santé pendant la grossesse et l’accouchement, ont également affecté l’accès des femmes à des auxiliaires de santé qualifiés lorsqu’aucune sage-femme n’était disponible.

Selon l’enquête en grappes à indicateurs multiples de l’UNICEF de 2016, le taux de mortalité maternelle était de 550 pour 100 000 naissances vivantes. Le manque de services de santé accessibles et de qualité, la discrimination, les inégalités entre les sexes, les mariages précoces et les grossesses chez les adolescentes ont tous contribué au taux de mortalité maternelle. (Voir la sous-section Mutilation génitale féminine/excision (MGF/E) pour plus d’informations.) Selon le Fonds des Nations Unies pour la population, le taux de natalité chez les adolescentes était de 120 pour 1 000 filles âgées de 15 à 19 ans.

Le gouvernement a fourni l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive aux victimes de violences sexuelles. Des comités multisectoriels aux niveaux national, régional et local se sont penchés sur la violence sexiste, y compris la violence sexuelle. Les participants au comité comprenaient des professionnels de la santé, des policiers et des autorités administratives. Des professionnels de la santé ont fourni des soins de santé, y compris des services de santé sexuelle et procréative, aux victimes de violences sexuelles et domestiques. La contraception d’urgence était disponible dans les cliniques affiliées à la Fédération internationale pour la planification familiale grâce à des achats effectués par le Fonds des Nations Unies pour la population. La contraception d’urgence a également été incluse dans les kits de lutte contre la violence sexiste.

LA DISCRIMINATION:

La loi ne prévoit pas le même statut juridique et les mêmes droits pour les femmes que pour les hommes, notamment en matière d’héritage, de propriété, d’emploi, de crédit et de divorce. La loi interdit la discrimination sexuelle à l’embauche ; le gouvernement n’a pas appliqué efficacement cette disposition. Il n’y avait pas de limitation connue des heures de travail des femmes, mais il existe des restrictions légales à l’emploi des femmes dans des professions et des tâches jugées dangereuses et dans des industries telles que les mines et la construction (voir section 7.d.). Les pratiques traditionnelles sont historiquement discriminatoires à l’égard des femmes et ont parfois pris le pas sur la loi, en particulier dans les zones rurales.

Les représentants du gouvernement ont reconnu que la polygamie était courante. Les lois sur le divorce favorisent généralement les hommes dans l’attribution de la garde et le partage des biens communs. Le témoignage légal donné par les femmes a moins de poids que le témoignage des hommes, conformément aux préceptes islamiques et au droit coutumier.

Un amendement à la loi de 2019 fait de la monogamie la norme du mariage, sauf en cas d’« accord explicite » avec la première épouse.

VIOLENCE ET DISCRIMINATION RACIALES OU ETHNIQUES SYSTÉMIQUES

La population du pays était diversifiée, avec trois principaux groupes linguistiques et plusieurs plus petits. Bien que la loi interdise la discrimination raciale ou ethnique, des allégations de discrimination à l’encontre de membres de tous les principaux groupes ethniques se sont produites lors de l’embauche dans le secteur privé. La ségrégation ethnique des quartiers urbains et la rhétorique de division ethnique pendant les campagnes politiques étaient courantes. Le gouvernement a fait peu d’efforts pour résoudre ces problèmes.

ENFANTS

Enregistrement des naissances : Les enfants obtiennent la citoyenneté par naissance dans le pays, mariage, naturalisation ou héritage parental. Les autorités n’ont pas permis aux enfants sans certificat de naissance d’aller à l’école ou d’avoir accès aux soins de santé.

Éducation : La politique gouvernementale prévoit une éducation primaire obligatoire et gratuite pour tous les enfants jusqu’à l’âge de 16 ans. Alors que les filles et les garçons avaient un accès égal à tous les niveaux de l’enseignement primaire et secondaire, environ 39 % des filles fréquentaient l’école primaire, contre 52 % de garçons. Les chiffres du gouvernement indiquent que 13 % des filles ont terminé leurs études secondaires, contre 22 % des garçons.

Maltraitance des enfants : La maltraitance des enfants était un problème, et les autorités et les ONG ont continué à documenter les cas. La maltraitance des enfants se produisait ouvertement dans la rue, même si les familles ignoraient la plupart des cas ou les traitaient au niveau communautaire. Les autorités ont rarement poursuivi les contrevenants.

Le 11 mars, un Code de l’enfant mis à jour, adopté pour la première fois en 2019, est entré en vigueur. Le nouveau code prévoit des sanctions accrues pour les infractions qui exposent les enfants à la violence, à la sexualité, à l’affichage ou à la diffusion d’images obscènes et de messages non destinés aux enfants. Le nouveau code augmente également les sanctions relatives au travail des enfants, aux abus sexuels, à l’exploitation sexuelle des enfants et à la pornographie enfantine.

MARIAGE D’ENFANTS, PRÉCOCE ET FORCÉ :

La loi criminalise le mariage précoce et forcé. L’âge légal du mariage est de 18 ans. L’ambiguïté demeure cependant car la loi fait référence aux mariages coutumiers pour les mineurs qui reçoivent le consentement de leurs deux parents ou de leur tuteur légal. Selon les ONG de défense des droits des femmes, le taux de prévalence reste élevé.

En février, lors du Forum national sur le genre et l’exploitation minière organisé par la Banque mondiale, un intervenant a révélé que les femmes étaient parfois contraintes à un mariage ou à un concubinage illégal comme condition pour obtenir un emploi dans le secteur minier artisanal. Les personnes LGBTQI+ étaient régulièrement contraintes à des mariages hétérosexuels par leurs familles.

En 2018, selon l’UNICEF, 17 % de toutes les filles étaient mariées à 15 ans et 47 % à 18 ans.

Exploitation sexuelle des enfants : La loi prévoit des peines pour toutes les formes de traite des enfants, y compris l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales. La loi interdit la pédopornographie. La loi ne traite pas explicitement de la vente, de l’offre ou de l’utilisation d’enfants à des fins commerciales. Ces lois n’étaient pas régulièrement appliquées et les agressions sexuelles d’enfants, y compris le viol, constituaient un grave problème. Les filles âgées de 11 à 15 ans étaient les plus vulnérables et représentaient plus de la moitié de toutes les victimes de viol.

Enfants déplacés : Bien que les statistiques officielles n’étaient pas disponibles, une grande population d’enfants vivait dans les rues, en particulier dans les zones urbaines. Les enfants mendiaient fréquemment dans les mosquées, dans les rues et sur les marchés.

Enfants institutionnalisés : Le pays comptait de nombreux orphelinats enregistrés et non enregistrés. Alors que des rapports d’abus dans les orphelinats paraissaient parfois dans la presse, des statistiques fiables n’étaient pas disponibles. Les autorités ont placé en institution certains enfants après la mort de membres de leur famille à cause du virus Ebola.

Enlèvements internationaux d’enfants : Le pays n’est pas partie à la Convention de La Haye de 1980 sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants. Voir le rapport annuel du Département d’État sur l’enlèvement parental international d’enfants à l’ adresse https://www.travel.state.gov/content/travel/en/International-Parental-Child-Abduction/for-providers/legal-reports-and-data /cas-rapportés.html .

ANTISÉMITISME

La communauté juive était très petite et aucun acte antisémite n’a été signalé.

TRAITE DES PERSONNES

Voir le rapport du Département d’État sur la traite des personnes à l’ adresse https://www.state.gov/trafficking-in-persons-report/ .

PERSONNES HANDICAPÉES

Les personnes handicapées pouvaient dans certains cas accéder à l’éducation, aux services de santé, aux bâtiments publics et aux transports sur un pied d’égalité avec les autres. La loi interdit la discrimination à l’encontre des personnes souffrant de handicaps physiques, sensoriels, intellectuels et mentaux dans les domaines de l’éducation, de l’emploi, des voyages en avion et autres transports, de l’accès aux soins de santé ou de la fourniture d’autres services gouvernementaux. D’autres éléments de la loi décrivent les droits des personnes handicapées, tels que l’accès aux écoles privées régulières, spécialisées ou subventionnées, les quotas d’embauche du gouvernement, l’accès prioritaire aux services gouvernementaux et l’accès aux transports publics. Le gouvernement n’a pas mis en œuvre efficacement la loi et les programmes pour fournir l’accès aux bâtiments, à l’information et aux communications. Le gouvernement a fourni des informations et des communications dans des formats accessibles.

La loi interdit la discrimination dans l’emploi à l’égard des personnes handicapées. Le gouvernement a estimé la population de personnes handicapées à 155 900 personnes. Le Ministère de l’action sociale et de la promotion de la femme et de l’enfant est chargé de protéger les droits des personnes handicapées, mais il a été inefficace. Le gouvernement avait des programmes d’embauche informels pour l’embauche de personnes handicapées. Le gouvernement n’a fourni aucune aide pour placer les enfants handicapés dans des écoles ordinaires.

STIGMATISATION SOCIALE DU VIH ET DU SIDA

Des lois existent pour protéger les personnes vivant avec le VIH et le SIDA contre la stigmatisation. La loi sur la santé reproductive prévoit que les personnes diagnostiquées avec le SIDA ou le VIH reçoivent une assistance spéciale en matière de soins de base et une garantie de confidentialité. Le gouvernement s’est appuyé sur les efforts des donateurs pour lutter contre la discrimination à l’égard des personnes vivant avec le VIH et le sida, et les efforts du gouvernement se sont limités au paiement des salaires des agents de santé. La plupart des victimes de stigmatisation étaient des veuves abandonnées par leur famille après la mort de leur mari du sida.

ACTES DE VIOLENCE, CRIMINALISATION ET AUTRES ABUS FONDÉS SUR L’ORIENTATION SEXUELLE ET L’IDENTITÉ DE GENRE

Les personnes LGBTQI+ ont fait l’objet d’arrestations arbitraires, de violences et de harcèlement de la part des forces de sécurité qui les accusaient de perturber l’ordre social. Les personnes LGBTQI+ ont déclaré avoir été stigmatisées par leurs familles et, dans de nombreux cas, contraintes à des mariages hétérosexuels non désirés. Ils ont également été victimes d’agressions sexuelles en raison de leur orientation sexuelle.

La loi criminalise les relations sexuelles homosexuelles consensuelles entre adultes, qui sont passibles de trois ans de prison ; cependant, il n’y a eu aucune poursuite connue au cours de l’année. L’Office de protection de la femme, de l’enfant et de la morale (OPROGEM), qui fait partie du ministère de la Sécurité, comprend une unité chargée d’enquêter sur les infractions aux mœurs, y compris les rapports sexuels entre personnes de même sexe.

De profonds tabous religieux et culturels existent contre les comportements sexuels homosexuels consensuels. Les lois anti-discrimination ne s’appliquent pas aux personnes LGBTQI+. La Charte transitoire et les lois existantes ne protègent pas les droits des personnes LGBTQI+. La Charte de transition décrit le mariage et la cellule familiale traditionnelle comme le fondement de la société du pays. Les personnes LGBTQI+ étaient victimes de discrimination en matière d’emploi et de logement. Il n’y a eu aucun rapport officiel ou d’ONG de discrimination fondée sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, bien que la stigmatisation sociale ait probablement empêché les survivants de signaler les abus ou le harcèlement. Il n’y avait pas d’organisations LGBTQI+ actives publiquement, bien que certaines organisations de santé publique aient travaillé à la sensibilisation à la santé sexuelle et au VIH et au sida, ainsi qu’à la prévention des violations des droits de l’homme parmi les communautés vulnérables, y compris la communauté LGBTQI+. Une association soutenue par le Comité national de lutte contre le sida et le Global Fund Works a assuré une sensibilisation à la prévention du sida, aux pratiques sexuelles sans risque et à la distribution de traitements antirétroviraux, et a plaidé pour les droits des populations vulnérables, y compris les membres de la communauté LGBTQI+ qui ont continué à cacher leur identité. statut.

AUTRE VIOLENCE OU DISCRIMINATION SOCIÉTALE

La discrimination contre les personnes atteintes d’albinisme s’est produite, en particulier dans la région de la Guinée forestière, où historiquement les personnes atteintes d’albinisme étaient recherchées pour des sacrifices rituels et d’autres pratiques néfastes liées à la sorcellerie. Les ONG de défense des droits des albinos ont continué à sensibiliser à la discrimination et à la violence à l’encontre des personnes atteintes d’albinisme. Le 18 mai, la loi sur la protection et la promotion des droits des personnes atteintes d’albinisme est entrée en vigueur. La loi accorde aux personnes atteintes d’albinisme des droits égaux pour accéder à l’éducation, aux soins de santé, à la mobilité et à l’emploi. La loi renforce également les peines pour ceux qui encouragent les personnes atteintes d’albinisme à mendier et qui cherchent à utiliser des personnes atteintes d’albinisme dans des cérémonies rituelles.

En raison d’un manque de confiance et de capacité dans le système judiciaire local, la violence collective est restée un problème répandu et a été rapportée dans la presse locale tout au long de l’année.

En juin, un homme soupçonné d’avoir volé une moto à Kindia, en Basse-Guinée, a été battu et brûlé vif par un groupe de jeunes hommes.

En août, un homme accusé de vol et de tentative de meurtre a été traîné hors d’un poste de gendarmerie à Mandiana, en Haute-Guinée, et lapidé à mort. Des articles de presse ont allégué que le voleur présumé avait poignardé un homme alors qu’il tentait de voler le détecteur de métaux de la victime.

Section 7. Droits des travailleurs

A. LIBERTÉ D’ASSOCIATION ET DROIT DE NÉGOCIATION COLLECTIVE

La Charte de transition et la loi accordent à la plupart des travailleurs le droit de s’organiser, de négocier collectivement, d’adhérer à un syndicat et de faire grève. La loi impose également des restrictions au libre exercice de ces droits. La loi exige que les syndicats obtiennent le soutien de 20 % des travailleurs d’une entreprise, d’une région ou d’un commerce pour faire grève. La loi exige que les syndicats fournissent un préavis de 10 jours au ministère du Travail avant de faire grève, bien qu’elle autorise les ralentissements de travail sans préavis.

Les grèves ne sont autorisées que pour les sujets liés au travail ; cette autorisation, cependant, ne s’étend pas aux fonctionnaires, aux membres des forces armées ou aux fonctionnaires temporaires, car ces catégories n’ont pas le droit légal de grève. Bien qu’ils n’aient pas le droit de grève, les enseignants des écoles publiques se sont mis en grève à plusieurs reprises pour obtenir de meilleures conditions de travail.

La loi protège les travailleurs contre la discrimination antisyndicale. La loi interdit aux employeurs de tenir compte de l’appartenance syndicale lorsqu’ils prennent des décisions concernant l’embauche, le licenciement et la conduite d’un employé. Il accorde également aux travailleurs 30 jours pour faire appel de toute décision du travail et prévoit la réintégration de tout employé licencié pour activité syndicale.

Le Bureau de l’Inspecteur général du travail au sein du ministère du Travail gère l’arbitrage par consensus, comme l’exige la loi. Les employeurs ont souvent imposé un arbitrage exécutoire, en particulier dans les « services essentiels ».

Les sanctions pour diverses violations du droit du travail allaient des amendes à l’emprisonnement. La loi définit également les délits du travail comme incluant les travailleurs et les employeurs qui renversent les intérêts nationaux ou volent des secrets commerciaux. Les peines n’étaient pas proportionnées à des crimes similaires.

Le gouvernement n’a pas appliqué efficacement les lois applicables. Les inspections n’étaient pas suffisantes pour assurer la conformité et les sanctions n’étaient pas appliquées.

Les organisations de travailleurs ne fonctionnent généralement pas indépendamment de l’ingérence du gouvernement ou des partis politiques. Des divergences existaient entre les syndicats, les membres s’accusant mutuellement de soutenir l’entreprise ou le gouvernement. Il en est résulté que certains syndicats avaient deux dirigeants. Les entreprises ne respectent pas toujours la liberté d’association et le droit de négociation collective.

En août, les travailleurs de la société de transport privée Albayrak ont ​​organisé une grève pour réclamer de meilleures conditions de travail. Les forces de sécurité ont arrêté et détenu 36 travailleurs pour avoir vandalisé les bus de l’entreprise. Ils ont été libérés trois semaines plus tard et huit travailleurs ont été condamnés à six mois de prison avec sursis.

Les travailleurs de l’hôtellerie du Sheraton Grand Conakry ont obtenu la reconnaissance syndicale en février 2020 après que l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie, de la restauration, de la restauration, du tabac et des branches connexes a déposé une plainte officielle auprès de la Société financière internationale du Groupe de la Banque mondiale et de Dutch Development. Banque pour ne pas avoir respecté les normes de performance spécifiques de la Société financière internationale. Selon le syndicat international, en octobre 2020, la direction de l’hôtel a refusé d’engager la direction syndicale dans les négociations sur les soins de santé, en violation de la législation nationale du travail. Le syndicat international et les syndicats locaux ont signalé de nombreuses violations des lois locales du travail, des représailles antisyndicales et de la discrimination, ainsi que des violations des normes internationalement reconnues des travailleurs en matière de liberté d’association et de négociation collective.

B. INTERDICTION DU TRAVAIL FORCÉ OU OBLIGATOIRE

La loi interdit le travail forcé ou obligatoire et la servitude pour dettes. Le travail pénitentiaire est cependant légal, y compris pour les crimes liés à l’expression politique et religieuse. La loi prévoit des peines de trois à sept ans d’emprisonnement, une amende ou les deux pour les infractions de travail forcé impliquant une victime adulte, et de cinq à 10 ans d’emprisonnement, une amende ou les deux pour celles impliquant un enfant victime. Les peines n’étaient pas proportionnées à des crimes similaires. Le gouvernement n’a pas appliqué efficacement la loi ni n’a poursuivi les cas de travail forcé d’adultes.

Les trafiquants ont exploité des hommes, des femmes et des enfants dans le travail forcé dans l’agriculture. Les trafiquants ont exploité les garçons dans le travail forcé dans la mendicité, l’exploitation minière, la pêche et dans les plantations de café, de noix de cajou et de cacao. Certaines entités gouvernementales et ONG ont allégué que le travail forcé était le plus répandu dans le secteur minier. Les femmes et les enfants étaient les plus vulnérables à la traite (voir section 7.c.). Les travailleurs migrants représentaient une faible proportion des victimes du travail forcé.

Voir également le rapport du Département d’État sur la traite des personnes à l’ adresse https://www.state.gov/trafficking-in-persons-report/ .

C. INTERDICTION DU TRAVAIL DES ENFANTS ET ÂGE MINIMUM D’ADMISSION À L’EMPLOI

La loi interdit le travail des enfants dans le secteur formel et prévoit des peines d’emprisonnement et de confiscation des bénéfices qui en résultent. Bien qu’une loi pertinente de 2020 ait renforcé la protection des enfants, la loi ne répond pas aux normes internationales. La loi prévoit des interdictions supplémentaires contre les travaux dangereux, notamment le travail de nuit, le travail avec des explosifs ou des corrosifs et l’extraction de minéraux et d’autres matériaux dans les mines et les carrières. La loi ne protège pas les enfants du secteur informel et les autorités ont hésité à poursuivre des poursuites en raison de normes socioculturelles de longue date. Le pays a fait des progrès minimes dans les efforts visant à éliminer les pires formes de travail des enfants, et la loi n’interdit pas cette pratique. La loi autorise les mineurs à travailler en dessous de l’âge minimum d’admission à l’emploi, qui est de 16 ans. Des exceptions permettent aux enfants de travailler à 12 ans comme apprentis pour des travaux légers dans les secteurs des services domestiques et de l’agriculture, et à 14 ans pour d’autres travaux. La loi ne prescrit pas le nombre d’heures de travail par semaine pour les enfants, ni ne précise les conditions dans lesquelles des travaux légers peuvent être entrepris.

Le ministère du Travail a tenu à jour une liste obsolète des professions ou activités dangereuses qui ne peuvent pas employer d’enfants, mais son application a été limitée aux grandes entreprises du secteur formel. La loi n’interdit pas les occupations et activités dangereuses dans tous les secteurs concernés par le travail des enfants, y compris l’agriculture. La loi augmente les peines pour le travail forcé si des mineurs sont impliqués, mais les peines n’étaient pas conformes aux normes internationales et leur application n’était pas suffisante pour dissuader les violations du travail des enfants. Bien que la loi prévoie que les obligations conventionnelles soient considérées par le système judiciaire comme juridiquement contraignantes, l’ambiguïté concernant la validité de cette disposition a persisté en raison de l’incapacité du gouvernement à adopter une loi d’application.

Le ministère du Travail est responsable de l’application des lois sur le travail des enfants et il a mené des inspections occasionnelles. L’OPROGEM est l’unité au sein du ministère de la Sécurité chargée d’enquêter sur la traite des enfants et les violations du travail des enfants. En septembre, l’OPROGEM avait porté devant les tribunaux trois affaires d’exploitation d’enfants par le travail. Les peines n’étaient pas proportionnées à des crimes similaires.

Le gouvernement n’a pas appliqué efficacement la loi et les inspections n’ont pas été adéquates. Les filles étaient soumises à la servitude domestique dans le pays et à l’étranger. Le travail forcé des enfants se produisait principalement dans les secteurs de la noix de cajou, du cacao, du café, de l’or et des diamants de l’économie. De nombreux enfants âgés de 5 à 16 ans travaillaient 10 à 15 heures par jour dans les mines de diamants et d’or pour une rémunération minimale et peu de nourriture. Les enfants travailleurs extrayaient, transportaient et nettoyaient les minerais. Ils opéraient dans des conditions extrêmes, manquaient d’équipement de protection, n’avaient pas accès à l’eau ou à l’électricité et étaient constamment menacés par la maladie. De nombreux enfants n’allaient pas à l’école et ne pouvaient pas contacter leurs parents, ce qui peut indiquer qu’ils travaillaient de force.

De nombreux parents ont envoyé leurs enfants vivre avec des parents ou des maîtres coraniques pendant que les enfants allaient à l’école. Les familles d’accueil demandent souvent à ces enfants d’effectuer des travaux domestiques ou agricoles, ou de vendre de l’eau ou de cirer des chaussures dans les rues. Certains enfants ont été soumis à la mendicité forcée.

L’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales a également eu lieu. Les peines n’étaient pas proportionnées à des crimes similaires.

Voir également les conclusions du ministère du Travail sur les pires formes de travail des enfants à l’ adresse https://www.dol.gov/agencies/ilab/resources/reports/child-labor/findings et la liste des biens produits par des enfants du ministère du Travail. travail ou travail forcé sur https://www.dol.gov/agencies/ilab/reports/child-labor/list-of-goods .    

D. DISCRIMINATION EN MATIÈRE D’EMPLOI ET DE PROFESSION

La loi comprend des dispositions contre le harcèlement sexuel et la discrimination fondée sur la race, la couleur, l’origine nationale, la citoyenneté, l’origine sociale, l’âge, la langue ou le statut séropositif ou d’autres maladies transmissibles. Le gouvernement n’a pris aucune mesure pour prévenir la discrimination dans l’emploi et la profession. Les peines n’étaient pas proportionnées à des crimes similaires.

Une discrimination dans l’emploi s’est produite. Bien que la loi exige un salaire égal pour un travail égal, les femmes recevaient un salaire inférieur pour un travail similaire, et il y avait des restrictions légales à l’emploi des femmes dans certaines professions (voir section 6). Peu de personnes handicapées avaient accès au travail dans le secteur formel, même si certaines travaillaient dans de petites entreprises familiales ; beaucoup ont survécu en mendiant dans les rues.

E. CONDITIONS DE TRAVAIL ACCEPTABLES

LOIS SUR LES SALAIRES ET LES HEURES :

Le gouvernement a fixé le salaire minimum interprofessionnel garanti à un taux inférieur au seuil de pauvreté déterminé par la Banque mondiale.

La loi stipule que le travail régulier ne doit pas dépasser 10 heures par jour ou 48 heures par semaine, et elle impose une période d’au moins 24 heures consécutives de repos chaque semaine, généralement le dimanche. Tout travailleur salarié a le droit légal à un congé annuel payé, cumulé à raison d’au moins deux jours par mois de travail. La loi contient également des dispositions concernant les heures supplémentaires et le salaire de nuit, qui représentent un pourcentage fixe du salaire normal. La loi prévoit un maximum de 100 heures supplémentaires obligatoires par an.

Le ministère du Travail est responsable de l’application des normes du travail et ses inspecteurs sont habilités à suspendre immédiatement le travail dans des situations jugées dangereuses pour la santé des travailleurs. La loi contient des dispositions générales concernant la sécurité et la santé au travail, mais le gouvernement n’a pas établi un ensemble de normes appropriées en matière de santé et de sécurité au travail. De plus, il n’a pas émis d’arrêtés stipulant les exigences de sécurité appropriées pour certaines professions ou pour certaines méthodes de travail comme l’exige la loi. Tous les travailleurs, étrangers et migrants inclus, ont le droit de refuser de travailler dans des conditions dangereuses sans pénalité.

Le gouvernement n’a pas appliqué efficacement la loi. Les efforts d’inspection et d’application ont été insuffisants pour dissuader les infractions. Selon l’Organisation internationale du travail, les inspecteurs reçoivent une formation inadéquate. Le nombre signalé d’inspecteurs du travail employés était suffisant pour faire respecter la loi, bien que les postes vacants d’inspecteurs du travail n’aient pas été pourvus. Les inspecteurs manquaient d’ordinateurs et de moyens de transport pour s’acquitter de leurs fonctions. Les sanctions pour violation de la loi n’étaient pas proportionnées à des crimes similaires.

Les autorités surveillaient rarement les pratiques de travail ou appliquaient les normes de la semaine de travail ou les règles relatives aux heures supplémentaires. Les salaires des enseignants étaient extrêmement bas. Les arriérés de salaire n’étaient pas payés et certains enseignants vivaient dans la pauvreté.

Les violations des salaires, des heures supplémentaires et des normes de santé et de sécurité au travail étaient courantes dans tous les secteurs. Il y avait, par exemple, des communautés minières artisanales (à petite échelle) aurifères dans la partie nord du pays, où les inspecteurs ont découvert des risques pour la santé et l’environnement au travail.

SÉCURITÉ ET SANTÉ AU TRAVAIL :

Malgré la protection légale contre le travail dans des conditions dangereuses, de nombreux travailleurs craignaient des représailles et n’exerçaient pas leur droit de refuser de travailler dans des conditions dangereuses. Aucune donnée n’était disponible sur les décès et les accidents au travail, mais les accidents dans des conditions de travail dangereuses étaient courants, principalement dans la construction et l’exploitation minière artisanale. Le gouvernement a interdit la prospection d’or sauvage et d’autres activités minières pendant la saison des pluies pour éviter les décès dus aux coulées de boue. Les pratiques se sont toutefois poursuivies près de la frontière avec le Mali, entraînant des accidents récurrents. Des articles de presse ont fait état d’au moins 20 personnes tuées dans des coulées de boue causées par l’exploitation minière artisanale à plusieurs endroits.

En juin, un employé d’une aciérie est décédé des suites de graves brûlures dans la zone industrielle de Dubreka. Les enquêteurs ont noté que le ministère du Travail n’avait pas été informé de l’accident, et par la suite le ministre a ordonné l’arrêt immédiat des activités de l’entreprise exigeant que sa direction générale fournisse des explications sur la situation.

Secteur informel : Le secteur informel comprenait 60 à 70 % de tous les travailleurs. La loi s’applique au secteur informel, mais elle a rarement été appliquée. Le salaire minimum couvre tous les secteurs mais n’a pas été appliqué dans le grand secteur informel. Les garçons travaillaient fréquemment dans les secteurs informels de l’agriculture de subsistance, du petit commerce, de la vente ambulante, du cirage de chaussures et de l’exploitation minière.