C’est à son siège au quartier Kenien, que le parti ADC BOC, à travers son président, Dr Ibrahima Sory Diallo a donné sa position par rapport à une sortie du groupe parlementaire alliance patriotique, sur la candidature du président Alpha Condé, lundi dernier.

 De prime abord, il a tenu à préciser la provenance de cette déclaration, qui n’engage pas l’organisation à laquelle il appartient, mais l’opposition parlementaire appelée, Alliance patriotique. « Ce groupe s’est donné le titre de déclarer au nom de l’opposition parlementaire sans pour autant donner la particularité. Cependant, au parlement, il y a deux blocs d’opposition. Il y a l’opposition parlementaire qui se retrouve au sein de l’alliance patriotique et il y a le bloc de l’opposition parlementaire qui se retrouve au sein du rassemblement républicain », a-t-il précisé.

Après avoir informé de la tenue d’une réunion du bureau de l’assemblée nationale au cours de laquelle « le président de cette institution avait mandaté les trois présidents de groupes parlementaires avec 4 membres de chaque groupe pour aller vers la cour constitutionnelle, s’informer de cette nouvelle constitution qui a été promulguée. Avec des réponses claires et acceptées de tous les membres des groupes parlementaires, nous sommes tous revenus satisfaits ».

Il s’est soulevé contre le fait qu’« aujourd’hui les mêmes personnes se lèvent pour dire qu’ils s’opposent à un troisième mandat. Je me demande quel troisième mandat ? Parce que pour moi, on a plus besoin de parler d’un troisième mandat, on parle d’une élection présidentielle. Qui s’organise avec une constitution. S’il est dit dans la nouvelle constitution qu’un ancien président peut être candidat, cela ne donne pas le titre à Alpha Condé d’être candidat. Mais son parti politique, de prendre la décision. Ce n’est pas à un autre parti politique de s’assoir et analyser (…) Nous du Rassemblement républicain, nous ne sommes pas d’accord, en ma qualité du coordinateur du bloc de l’opposition constructive, je ne peux pas partager cette décision étant donné que l’opposition parlementaire est plurielle».

Par ailleurs, il s’est dit écœuré « par rapport à la décision prise par nos confrères de l’opposition parlementaire, sans concerter les autres blocs. Cependant que le parlement est en vacance. Donc aucune décision n’est légale pour le moment, qui engage une décision parlementaire », a-t-il aussi signalé.

Et de préciser enfin : « Vous savez toute déclaration politique se base sur la loi. Lorsqu’une déclaration politique déteint sur la loi, ce n’est plus une déclaration politique. C’est une déclaration partisane. Lorsque vous êtes en porte-à-faux avec la loi, c’est ce qui nous pousse à réagir. Parce que nous nous pensons que cette alliance est d’accord que juridiquement la candidature du professeur est valable, ils doivent se limiter là. Maintenant, qu’est-ce qu’ils doivent faire ? C’est de compétir en sorte que même si Alpha Condé est candidat pour ne pas qu’il passe. »

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com