C’est au cours d’une conférence de presse qu’il a animée ce jeudi, à Conakry, que le directeur de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS), Dr Sakoba Keïta, a donné des informations sur la résurgence de la fièvre hémorragique Ebola, en Guinée.

De prime abord, Dr Sakoba a donné les statistiques qui, selon lui, s’élèvent à 7 cas, dont trois cas confirmés et 4 cas probables dont l’infirmière décédée.

Pour pouvoir lutter une nouvelle fois contre cette maladie, l’agence gérée par Dr Sakoba compte sur le vaccin qui, d’après lui, sera là dimanche prochain.  « Je suis sûr que d’ici la fin de la semaine prochaine, nous allons connaître pourquoi cette épidémie est en Guinée, aujourd’hui. L’avantage, c’est que la communauté internationale s’est mobilisée auprès de nous pour nous accompagner. L’autre mesure importante est le suivi des contacts. Tous les 250 contacts sont déjà isolés à Nzérékoré et ici. Tous les jours, les différentes préfectures qui ont des contacts les suivent tous les matins (…) L’arme qui nous a permis de venir à bout d’Ebola en 2015 et 2016, c’est la vaccination.  Donc ce vaccin contre Ebola, contrairement à ce qu’on avait annoncé, qui devait arriver hier, finalement à cause des problèmes d’avion, arrive à Conakry le dimanche 21 février 2021, à 15h30 minutes », a-t-il informé.

Puis de poursuivre : « Nous allons vacciner les 32 contacts le lundi, plus les contacts des contacts… Donc, on a même multiplié chaque cas comme une famille par 10. Nos équipes peuvent vacciner plus de 200 personnes par jour. Conakry même un à deux jours suffisent ».

Par ailleurs, Dr Sakoba a fait savoir que tous les moyens sont mis en œuvre par les autorités pour que la vaccination soit la plus efficace possible. « Le lundi matin  22 février, on va lancer la campagne de vaccination à Nzérékoré, à Gouécké  et à Conakry en même temps. Conakry risque de commencer un peu tôt, parce qu’ils ont accès plus rapidement aux vaccins. Donc pour un départ, nous allons avoir 11.500 doses de vaccin pour les sites. Mais pour rappel, nous allons utiliser la vaccination en ceinture, c’est-à-dire autour des cas. Mais aussi le cerclage qu’on a appliqué à  Forécariah et à Dubréka et qui nous a donné de bons résultats. Le cerclage, c’est de compter près de 110 familles autour de tous les cas. Tous ceux qui sont dans ce cercle seront vaccinés. Que tu aies vu le malade  ou non, tu es dans le cercle, tu seras vacciné », a-t-il précisé.

Tout de même soucieux pour le personnel sanitaire, qui avait payé un lourd tribut lors de l’épidémie due à cette même fièvre, il y a quelques années, Dr Sakoba a annoncé les dispositions prises pour ces derniers.  « Tout le personnel de santé de l’hôpital de Nzérékoré, de Gouécké et même dans les sous-préfectures environnantes vont tous être vaccinés. On ne veut plus que les médecins meurent pour apporter des soins. Je vous rappelle qu’on a perdu 115 médecins et agents de santé lors de l’épidémie précédente.  Nous ne voulons plus que quelqu’un meure pendant cette épidémie.

Pour terminer, le directeur de l’ANSS annonce la mise en place d’un laboratoire à Nzérékoré, d’ici le samedi prochain.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.