Les professionnels de la santé de la Guinée ont payé un lourd tribut depuis le début de l’épidémie de la maladie à virus Ebola dans ce pays ouest-africain, avec 20 décès sur 28 cas notifiés dans leurs rangs, a-t-on appris de sources officielles.

Ces chiffres ont été révélés lors d’un atelier de renforcement des capacités des professionnels de la santé tenu depuis lundi à Kindia, ville située à 150 km de la capitale, Conakry.

La rencontre est placée sous la présidence des autorités sanitaires et leurs partenaires de santé dans le but de doter chacune des 38 préfectures de la Guinée d’un plan de riposte contre la fièvre Ébola.

Les décès enregistrés au sein des structures sanitaires ont plongé le secteur de la santé dans la psychose, entrainant l’abandon des hôpitaux au fort moment de la propagation de l’ épidémie par certains agents de santé.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et Médecins sans frontières (MSF) ont contribué dans l’encadrement du personnel soignant local.

L’OMS a d’ailleurs offert des kits de protection au personnel soignant des 38 préfectures du pays, pour les mettre à l’abri contre le virus Ébola. Jusqu’ici, 410 cas de fièvres Ebola dont 310 décès ont été notifiés en Guinée.

Xinhua