Le président Condé peut bien partir de son retour triomphal de la Tunisie pour se donner un nouvel élan en remaniant son gouvernement. Parce qu’il y a encore des problèmes dans ce gouvernement dit de mission où en réalité plusieurs ministres ne prêchent que pour leurs chapelles respectives.

A part les ministères de la Justice, des Travaux publics, des Transports, de la Jeunesse, de l’Enseignement technique, des Finances, des Mines, de la Pêche- J’en oublie certainement pas les meilleurs !-, nos départements ministériels ressemblent à de vieux machins inertes.

Il faut reconnaitre que malgré la volonté affichée du chef de l’Etat à faire bouger les choses, la situation socio-économique du pays est encore difficile, pas loin de la catastrophe. Ebola aidant, le pays ne produit pas assez de richesses et est obligé de dépenser trop d’argent.

Il y a donc forcément un besoin de reformer. En commençant d’abord par trouver un véritable chef du gouvernement capable d’imprimer une dynamique de développement et de coordonner efficacement les actions gouvernementales. Un premier ministre moins folklorique mais qui, de par son travail peut donner une certaine visibilité aux acquis du président Condé. Ensuite mettre en place un gouvernement à visage plus jeune et représentant toutes les sensibilités du pays. Parce qu’il faut mettre les gens en confiance, il y a un besoin de ratisser large et donc d’aller au-delà de la besace habituelle à ministres.

L’Etat a besoin qu’on lui donne un nouveau souffle.

Ibrahima S. Traoré