A propos de la nomination d’un Premier ministre, Alpha Condé avait promis une surprise. La reconduction de Saïd Fofana à la tête du Gouvernement en est vraiment une. Car à part quelques personnes s’appuyant sur le caractère atypique de notre président, peu de gens avaient parié sur la reconduction de l’Imam. Parce que son profil pour l’écrasante majorité des Guinées, ne correspond pas à celui qui peut conduire ‘‘un gouvernement de mission’’.

Convenant à la carte, Saïd Fofana, n’a pu imprimer au gouvernement sortant un caractère dynamique et de solidarité. N’a-t-on pas vu des ministres se faire la guerre, des crocs-en-jambe  médias interposés sans que cela n’émeuve, au moindre degré, leur chef ?

Pour dire vrai, la reconduction de Saïd Fofana n’obéit qu’à une logique : celle d’avoir un homme effacé face à une présidence forte. Le hic est qu’un PM trop faible augmente les charges de la Présidence et par ricochet épuise ses ressources. On peut bien comprendre Alpha Condé de vouloir être au premier plan- avant tout c’est pour lui les Guinéens ont voté. Mais pourrait-il bien s’occuper de sa réélection en 2015  en se donnant des charges supplémentaires (celles normalement dévolues au PM) ?

Par ailleurs l’incapacité de Saïd à coordonner efficacement des actions du gouvernement a fait de son gouvernement l’un des plus décriés de l’histoire politique de la Guinée. Au point d’être le talon d’Achille d’Alpha Condé. Mais ce dernier se moque apparemment de cet aspect et nous ramène un homme qui fait rêver peu de Guinéens. Et c’est là l’autre point faible de l’Imam Fofana.

Ibrahima S. Traoré

 

Publicités

Laisser un commentaire