L’opposition guinéenne ne semble ‘‘gagner’’ que les batailles de la rue. Elle perd aussitôt toutes les joutes cadrées. C’est un peu comme des pêcheurs en eau trouble. On en veut pour exemple cette défaite cinglante administrée à sa candidate à la présidence de l’Assemblée.

S’il est vrai qu’en comptabilisant ses voix et celles de ses alliés, le RPG dès l’abord, était favori, il faut reconnaitre que l’opposition égocentrique à souhait, est restée dans son carcan espérant bénéficier des voix d’éventuels ‘‘traîtres’’ de la mouvance présidentielle. Et l’effet contraire s’est produit. Le RPG récoltant 64 voix est nettement au-delà de l’attente.

Il faut donc dire que c’est bien au sein de l’opposition que niche le traitre. Ça, Cellou Dalein, le chef de file de cette opposition, l’a appris à ses dépens. Lui qui aurait dû laisser à Jean Marie de briguer le perchoir parce que ce dernier mieux préparé, a préféré à la dernière minute donner la ‘‘chance’’ à une illustre inconnue de son parti.

Même Toto sait que Dalein n’est en réalité intéressé que par la présidence de la République. Pourquoi au nom de la cohésion de l’opposition et surtout de son efficacité n’a-t-il pas laissé Jean Marie tenter sa chance ? Celui-ci aurait nettement mieux fait que Mme Anne Marie !

Maintenant, nous l’avons écrit, l’opposition a donné des voix supplémentaires à la mouvance. Et surtout a créé une situation de suspicion en son sein. Car ceux qui pensent être les plus loyaux se mettront à la trousse du groupe des traitres qui a voté pour l’adversaire. Et bonjour la méfiance et in fine, l’effilochement.

Ibrahima S. Traoré

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici