La ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance (ASPFE), Sanaba  Kaba a présidé mercredi, 11 mai 2016, à Conakry, la cérémonie de remise de Bourses d’excellence aux meilleures élèves filles issues des milieux défavorisés, a suivi l’AGP.

Cette remise de Bourses d’excellence à des élèves de l’Enseignement Pré-Universitaire et Technique de Conakry, financée par le Centre de la CEDEAO pour le Développement du Genre (CCDG), s’inscrit dans le cadre d’octroyer des bourses d’excellences à des filles brillantes issues des milieux défavorisés, en vue de leur permettre d’accéder à une éducation de qualité.

Prenant la parole, l’inspectrice générale du Ministère de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation (MEPU-A), Mme Ndiaye Nènè Fatou Diallo a fait savoir, qu’«aujourd’hui plus qu’hier, nos pays ont besoin des femmes instruites pour réduire la pauvreté. C’est pourquoi, mettre la jeune fille à l’école, mais surtout veiller à son maintien et à sa réussite, demeurant des cautions indispensables du succès de son éducation».

Elle a plaidé en faveur de la lutte contre les violences basées sur le genre.

«L’occasion m’est opportune de faire un plaidoyer à l’endroit des membres de la communauté éducative, représentée par en milieu scolaire par les parents d’élèves, pour continuer de lutter contre toutes les formes de violences faites aux filles, mais aussi pour l’allègement des tâches ménagères, afin de leur permettre de se consacrer pleinement et entièrement à leurs études», a lancé Mme Ndiaye Nènè Fatou Diallo.

De son côté, la représentante spéciale de la CEDEAO en République de Guinée, Mme Zaba Jacqueline a indiqué, que l’éducation des jeunes filles a un impact positif sur la promotion de la femme, qui doit acquérir des compétences pour participer activement à la vie sociale et économique de leur pays.

«Il existe encore des barrières qui limitent l’accès des filles à l’éducation et surtout à la formation technique et professionnelle. Pour relever ces défis, au niveau de la CEDEAO, des efforts sont entrepris en vue d’accompagner les Etats membres dans leur volonté de création d’un environnement propice au renforcement des capacités des femmes», a souligné Mme Zaba Jacqueline.

La ministre de l’ASPFE, Sanaba  Kaba a, pour sa part, affirmé : «Ma joie est très immense ce matin, parce que c’est un programme qui avait été bloqué et qui donnait une mauvaise appréciation de notre pays. Un montant viré dont la destination n’était pas connue. Il a fallu 2 ans de combat et de concertation pour pouvoir localiser le montant, c’est ce qui favorise aujourd’hui la remise de ces équipements et des enveloppes symboliques aux filles qui font l’enseignement technique, malgré leur condition difficile de vie et d’existence».

Selon la ministre de l’ASPFE, «en faisant la promotion des jeunes filles, nous pouvons avoir les élites de demain pour accompagner le changement amorcé par le président de la République».

Elle a ainsi rassuré, que cette remise de bourses n’est qu’un départ.

«Je vous prends la garantie solennelle que cette remise de bourses n’est qu’un avant-goût. Nous allons partir jusqu’au bout avec l’appui de la CEDEAO. Aujourd’hui, nous parlons d’une dizaine de filles, notre volonté est de parler des milliers de filles, parce qu’il y en a, ça ne manque pas», a déclaré Sanaba Kaba.

Source : AGP