Le ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MEN-A) vient de reporter pour le mardi 1er décembre prochain, la rentrée scolaire saison 2020 2021, sur toute l’étendue du territoire guinéen. L’ouverture des classes s’annonce ainsi dans une période de crise sociopolitique, où l’on assiste à la hausse des prix des fournitures scolaires à travers tout  le pays.

A Kankan, où la crise postélectorale a eu un impact sur plusieurs ménages, le constat relève que les prix des fournitures scolaires ont connu une augmentation dans les différents marchés de la ville de Nabaya. Les parents d’élèves sont tourmentés par les effets de cette crise postélectorale. Les fournitures scolaires à acheter pour les enfants sont en ce moment pour de nombreux parents d’élèves hors de prix sur l’ensemble des marchés de la ville.

Thierno Abdoulaye Baldé, vendeur de fournitures scolaire, explique :

« Moi je suis un vendeur de cahiers ; avant je prenais le carton à 260.000 FG, actuellement le carton est à 275.000 FG- 280.000 FG. Donc, en effet, c’est un grand problème pour les parents d’élèves qui doivent acheter les fournitures des enfants », a-t-il expliqué.

Fatoumata Keita, parent d’élève, rencontrée en face de la librairie Kabalaba, exprime son inquiétude et invite les commerçants à une prise de conscience :

« Il faut que les commerçants baissent le prix de leurs marchandises, parce que nous, on a beaucoup d’enfants, nous devons payer la scolarité de tous ceux-ci et aussi payer leurs fournitures. Donc avec la hausse des prix, ça va nous créer beaucoup de problèmes ; ils doivent prendre conscience et baisser les prix pour le bonheur des citoyens », dit-elle.

Poursuivant, elle en appelle aux autorités, afin de prendre leurs responsabilités.

« Je demande aux autorités nationales et locales de prendre leurs responsabilités, afin de contrôler la situation, sinon les fournitures scolaires sont trop chères au marché. Vous le savez, l’avenir d’un pays, c’est les enfants et si nous, les parents d’élèves, ne parvenons pas à acheter les fournitures pour nos enfants à cause de la cherté, c’est dommage. Alors, l’Etat doit venir en aide en ce moment de crise », demande-t-elle.

Moussa Konaté pour Guinee7.com