Initialement prévues le 16 février, Hier soir, le président de la République à travers un décret, a reporté la date des élections législatives pour le 1er mars 2020. Ce mardi 4 février 2020, la rédaction de Guinee7.com a contacté un des candidats engagés dans le processus. Mamadou Baadiko Bah, président de l’Union des forces démocratiques (UFD).

Pour lui, “ce report est encore une manœuvre politicienne du président Alpha Condé qui va faire semblant d’accéder à la demande des religieux en vue de décrisper la situation, alors qu’en réalité il ne règle que les problèmes de son système. On ne suit pas la loi, c’est la volonté du Prince. Ce report ne fait que sanctionner l’incapacité de la CENI à organiser les élections législatives en Guinée. Une CENI totalement inféodée au pouvoir’’.

“En réalité, la CENI était totalement déphasée, en retard, incapable de remplir ses engagements. C’est la CENI elle-même qui avait fixé le 28 décembre, on a eu donc, ce premier report. Après il se réunit fin octobre début novembre pour dire non consensuellement, c’est le 16 février et voilà qu’ils ne peuvent pas tenir cette date du 16 février. Et là ça permet au président de la République de faire semblant d’avoir accepté de faire le compromis pour accéder à la demande des religieux…”, renchérit le candidat aux législatives de 2020.

Malgré ce énième report, Baadiko Bah reste sceptique car pour lui, ” même le 1er mars, à lumière de ce qu’on voit avec l’incapacité de la CENI, personne ne dit le 1er mars sera respecté. On est déjà à deux reports depuis le mois de septembre. En réalité, le président n’a fait que régler le problème de son système. C’est eux qui commandent la CENI, elle n’a absolument aucune indépendance et ce n’est pas un signe d’ouverture du tout “.

Certes la date des législatives a été reportée mais son parti n’envisage pas de se retirer du processus électoral en cours. “Nous n’avons aucune raison de nous retirer alors que le processus est déjà lancé. On a déjà commencé à sensibiliser la population à travers le pays. On n’a absolument aucune raison de nous retirer”, a-t-il précisé.

…le couplage avec le référendum, le principe était connu de tous

Pour finir, Baadiko Bah estime que “le couplage avec le référendum, le principe était connu de tous. On savait que le président allait faire son coup d’État constitutionnel pour imposer sa constitution avec ou sans nous. Nous nous allons aux législatives exclusivement et ça sera trois bulletins. Il y aura l’uninominal législative, la liste nationale législative et le bulletin du référendum. Nous dirons que nos électeurs ne toucheront pas un seul bulletin du référendum, on est concerné que par les législatives”.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités