Dans une interview qu’il a accordée à la presse ce vendredi, le deuxième vice-président de l’UFR (Unions des Forces Républicaines), l’honorable Ibrahima Bangoura s’est exprimé sur les conditions de participation de son parti aux prochaines élections législatives.

À en croire ce député, l’assainissement du fichier électoral reste la condition sine qua non pour espérer voir le parti de Sidya Touré prendre part aux législatives qui, selon la CENI, pourront se tenir d’ici à la fin de l’année.

“Les élections législatives, on ira, lorsque toutes les conditions seront remplies. Il y a eu un audit du fichier électoral et les recommandations de cet audit doivent être mis en oeuvre(…), notamment l’exclusion des 1 million 574 mille 388 faux électeurs qui se trouvent dans le fichier. Il faut que le fichier soit totalement assaini. Parce que ce sont ces faux électeurs que le pourvoir détient, qui amènent le coup KO, comme ils l’ont fait en 2015”, a fait entendre Ibrahima Bangour.

A rappeler qu’en août dernier, interpellé sur la question, Djenab Touré, directrice du département fichier électoral de la CENI, avait indiqué qu’ ”il n’y a pas d’électeurs fictifs. La Guinée est victime de son propre système, le changement d’opérateur. C’est des sociétés, c’est des commerçants, ils viennent avec leurs solutions pour faire votre travail. Donc l’audit a clairement révélé que ces changements d’opérateurs n’ont fait qu’augmenter des anomalies dans notre système. Donc nous sommes en train de nous inscrire. Le logiciel de gestion que nous allons acquérir est une propriété de la Guinée. Il est question maintenant de recruter des jeunes ingénieurs guinéens compétents, qui vont être formés et qui, dans 5 à 10 ans pourront piloter ces choses sans qu’on ne soit tout le temps en train de dépenser des millions de dollars ou d’euros pour les mêmes prestations”.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire