C’est pour renforcer les liens de coopération entre les deux pays, que le président de la Guinée Bissau, Umaro Sissoco Embalò, a effectué ce mercredi une visite auprès du président de la transition guinéenne, le colonel Mamadi Doumbouya.

Les deux hommes se sont entretenus au palais Roi Mohamed V de Conakry.

Le président bissau-guinéen a rappelé au colonel Doumbouya les liens qui existent entre les deux pays. « On ne peut pas oublier le passé. On doit beaucoup à la Guinée. La Guinée a donné son pays, ses hommes et sa vie pour la libération de la Guinée Bissau. Et cette histoire, personne ne peut l’effacer (…) Ici c’était comme un arbre. Tous les oiseaux africains qui se fatiguaient venaient se poser en Guinée. C’est dans les moments difficiles que les Guinéens doivent reconnaître les vrais amis du peuple guinéen », a-t-il affirmé.

Avant de faire remarquer le froid qu’il y a eu entre les deux pays sous le précédent régime. « C’est vrai que nous tous, on condamne un coup d’Etat militaire. Il n’y a pas un coup d’Etat nécessaire ou pas. Mais on a vu comment le peuple de Guinée est sorti. C’est comme une libération ou l’indépendance. Mais je puis vous rassurer que le peuple bissau-guinéen est reconnaissant envers la Guinée. C’est vrai que c’est dommage qu’à un certain moment, on a vu quelque froideur dans les relations. Mais moi j’ai toujours gardé une chose. Que la relation entre la Guinée Bissau et la Guinée Conakry dépasse les deux présidents…J’ai interdit en Guinée Bissau, tant que je suis président, que quelqu’un demande une carte d’identité à un Guinéen de Conakry. Juste le fait de dire que je suis Guinéen de Conakry est déjà une carte d’identité », a-t-il fait savoir.

Avant de souhaiter « une très bonne transition » à la Guinée.

Quant au colonel Mamadi Doumbouya, il a rassuré « que nous n’avons aucune intention de garder le pouvoir. Notre seule mission est de réconcilier nos compatriotes et les mettre ensemble pour construire les fondations d’un État moderne ».

Avant de faire savoir que les nouvelles autorités ont, « besoin de votre compréhension, de votre soutien et de votre accompagnement ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com