Le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Ousmane Diagana, est en séjour de travail en Guinée depuis mercredi. Jeudi 8 juillet, à l’initiative de Booster les compétences pour l’employabilité des jeunes (BoCeJ), il a animé une conférence publique, sous le thème « stratégie régionale pour Afrique de l’Ouest et Centrale : renforcement du capital humain et autonomisation des femmes ».

La conférence publique s’est faite dans la salle de fête de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Outre, le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et le recteur de l’université Gamal, toutes  les autres universités du Grand Conakry étaient représentées dans la salle.

Dans son exposé, le haut cadre de la Banque mondiale a invité les étudiants à mieux se former pour non seulement pour eux mais aussi pour le pays. Car, selon lui, l’éducation est la base du développement.

A la presse, M. Ousmane Diagana, a donné les raisons de son séjour à Conakry pour la première fois depuis sa nomination au poste de vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. « Je suis venu magnifier la qualité de notre partenariat avec le pays qui est un partenariat ancien, un partenariat fécond. Nous avons des programmes importants dans différents secteurs de développement mais également pour être à l’écoute des autorités guinéennes, les populations guinéennes pour voir comment on peut fructifier et renforcer davantage ce partenariat surtout avec les impacts que la COVID-19 a eu sur la population mais également sur l’économie du pays », a-t-il expliqué.

Sur l’état d’exécution des projets financés par la banque mondiale en Guinée, M. Diagana a laissé entendre qu’il doit « saluer les autorités guinéennes pour la diligence dont ils ont fait preuve dans le suivi et l’exécution des projets que nous avons en Guinée. Je dois féliciter nos collègues du bureau de la Banque mondiale ici en Guinée … C’est un partenariat, les programmes appartiennent à la Guinée, ils sont financés par la Banque mondiale en partenariat avec la Guinée. Ils sont conçus pour contribuer à améliorer les conditions de vie des populations. Il ne sert à rien par conséquent de les préparer et de ne pas les exécuter, mais il faut les exécuter dans de bonnes conditions ».

Le secrétaire général du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique, Binko Mady Touré, a rappelé que l’intervention de la Banque mondiale ne date pas d’aujourd’hui avant de dire que, « les interventions récentes que beaucoup de monde retiennent maintenant c’est le grand projet Booster les compétences pour l’employabilité des jeunes (BoCEJ) qui est un sujet d’actualité. Parce que tous les pays sont victimes du chômage des jeunes. Et la Banque mondiale est en train de nous appuyer pour booster l’employabilité des jeunes ».

Bhoye Barry pour guinee7.com 

00224 628 705 199