Lors d’un point de presse qu’ils ont animé ce vendredi 14 janvier au siège du ministère du Budget, le ministre du Budget, Moussa Cissé et son collègue de l’Economie, des Finances et du Plan, Lancinet Condé, ont parlé d’une baisse progressive de la subvention étatique en faveur du secteur de l’énergie.

De prime abord, le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan a donné des explications sur les nombreuses demandes de subvention : « Vous avez pu noter qu’il y a un conseil des ministres et un conseil interministériel qui font noter déjà la situation des subventions. A date, nous sommes autour, pour les entreprises publiques, nous sommes au-delà de 1 400 milliards de demandes de subventions annuelles. Pour les EPA [Etablissements publics administratifs], nous sommes près de 3000 milliards. Quand on dit EPA, il y a des hôpitaux, ce n’est pas discutable. Il y a les universités, ce n’est pas discutable. Quand on dit société publique, il y a EDG… ce sont des entités qui sont dans le domaine économique. Le principe sur lequel nous sommes en train d’évoluer, c’est que là où les recettes de l’Etat peuvent être nécessaires et incontournables, que les ressources y soient envoyées. Mais là où ce n’est pas nécessaire que les ressources n’y soient pas envoyées. »

« Mais pour les sociétés publiques, ce n’est pas acceptable. A-t-il ajouté. La vocation de l’Etat, n’est pas de leur donner de l’argent. C’est vrai que pour le cas spécifique de EDG, il y a la réalité des investissements lourds qui devait être réalisée. L’Etat guinéen a joué sa partition et Dieu merci. Aujourd’hui on constate tous que la fourniture d’électricité n’est plus la même que par le passé. Ça un coût. Et les subventions au secteur de l’énergie ont atteint un niveau non soutenable. Et donc oui, il y a un plan de réduction progressive de ces subventions, pour permettre au budget de l’Etat pour libérer des marges pour faire face aux actions indispensables. Donc ça sera une baisse progressive. Il y a un plan qui a été préparé par EDG et ce plan va être à un certain moment mis en œuvre avec la participation du ministère pour faire baisser la subvention ».

Sur le même sujet, le ministre du Budget a renchéri : « je sais que ça fait une préoccupation lorsqu’on dit qu’on va réduire la subvention au niveau de ce secteur. Mais la réduction suppose que nous devons optimiser les coûts de production énergétique dans ce secteur-là. Cette optimisation voudrait aujourd’hui que nous investissions davantage. C’est pourquoi la table d’investissement a augmenté dans le budget, pour que nous financions les lignes de transport qui vont permettre de donner de l’énergie dans le secteur comme les mines qui vont nous permettre de recouvrer beaucoup d’argent intrinsèque au secteur qui est parfois très budgétivore. Donc l’impact sur l’augmentation des tarifs ne devrait pas se poser. Mais plutôt, c’est des efforts que nous devons faire pour maîtriser ces couts de production ; mais aussi recouvrer. Si vous voulez, l’énergie n’est pas une denrée qui s’offre gratuitement ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com