Ce samedi 7 décembre, l’assemblée générale du parti au pouvoir a été présidée par le nouvel ambassadeur de la République de Guinée en Côte d’ivoire, Seinkoun Camara, qui en a profité pour étaler des dysfonctionnements remarqués dans les CAERLEs.

‘‘Nous constatons que les représentants des gouvernorats et des communes sont souvent fictifs au niveau de nos CAERLE. Nous avons aussi constaté que les membres des CAERLE dument désignés sont remplacés par certains coordinateurs désignés par la CENI avec la complicité de certains présidents des CAERLE ; dans le seul objectif de détourner les fonds destinés à payer les membres. Les coordinateurs s’érigent en maitres absolus pour remplacer les membres dument choisis au profit de personnes qui ne répondent pas aux critères de choix.  Les coordinateurs sont présidents de certains CAERLE, et assurent les fonctions de commissaire. Un multiple rôle alors qu’ils sont absents sur les lieux. Ça c’est extrêmement grave. Les membres ignorent le montant de leur prime, qui est généralement source de découragement’’, a-t-il fait remarquer.

Cependant, ‘‘la jeunesse du parti a réussi à se faire identifier, se déploie effectivement dans les CAERLE. Nous remercions les jeunes du parti qui ont compris que la démocratie c’est d’abord le vote et pour voter, il faut être sur une liste électorale’’.

‘‘Dans les CAERLE, les premières primes ont été payées par les coordinateurs, selon leurs choix de personnes en complicité avec certains présidents des CAERLE. Ce qui crée un découragement des membres des CAERLE qui n’ont pas perçu la totalité de leurs primes. Tous les coordonnateurs qui sont de l’opposition ne déposent pas les matériels à temps, notamment dans les zones à grande affluence des militants de la mouvance et c’est dans ces zones que les remplacements sont fréquents. Au plan du matériel, il a été constaté, un manque de matériels de première nécessité dans les 19 CAERLE, notamment visités. Les récépissés, les agrafeuses ne sont pas fonctionnelles. Les fiches d’inscription, le manque de BIC, les certificats de résidence, les fiches de tableau de statistiques. Des propositions concrètes de solutions : procéder au remplacement dans les meilleurs délais, des membres absents de la mouvance et ceux du gouvernorat, des communes, en veillant que soit pris en compte, l’aspect du financement. Les membres des CAERLEs illégalement remplacés par les coordinateurs doivent être rétablis dans leurs fonctions, assurer le payement des membres des CAERLE par transfert, pour éviter le détournement des fonds par les coordonnateurs et les présidents des CAERLEs, éclaircir le rôle des coordinateurs et interdire les doubles fonctions exercées à cause de l’argent’’, a-t-il suggéré.

Enfin, ‘‘c’est très sérieux ! tous ces dysfonctionnements sont constatés dans les CAERLEs, malheureusement certains responsables des sections, ne veillent pas sur ces réalités-là. J’invite les présidents, les responsables, les membres des sections, des comités de base, le bureau national des femmes, des cadres, tous dans vos quartiers, veillez à un bon déroulement de l’enrôlement. C’est extrêmement important’’.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités