Les journées nationales de consultation sur la transformation de l’éducation en Guinée se sont ouvertes, ce mercredi 3 août, dans un complexe hôtelier de Conakry, en présence du premier ministre par intérim, Dr Bernard Gomou.

Ces consultations de deux jours (3 au 4 août) lors desquelles les acteurs du système éducatif guinéen vont poser le diagnostic et trouver des solutions, visent aussi à préparer la participation en septembre prochain de la Guinée à New-York, au sommet sur la transformation de l’éducation.

Dans ses propos, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’innovation, Dre Diaka Sidibé a indiqué cette année 2022, comme « propice à la réflexion et à l’amorce de toutes formes de transitions et de transformations profondes et atteignables de nos différentes sociétés ».

A cet effet rappelant que les trois ministères en charge de l’Education sont déjà parvenus à produire, une première ébauche du « Plan Stratégique Triennal couvrant la période 2023-2025, elle a espéré que des pistes de solutions seront trouvées ».

Prenant la parole, le ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle, Alpha Bacar Barry a plaidé pour que ces assises permettent à ce que « la voix de la Guinée ne soit pas noyée dans les voix internationales; que nous puissions trouver le moyen pour dire que nos priorités sont simples et connues : améliorer nos capacités d’accueil; former nos formateurs; avoir plus de moyen à l’éducation pour adresser, réinventer, imaginer les prochaines années dans l’éducation… »

Se reposant sur les rapports du RESEN 2018 et les résultats des derniers examens, qui selon lui prouvent  « à suffisance que l’école guinéenne va mal, très mal », le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, Guillaume Hawing, a engagé son département à appliquer les recommandations qui seront issues de ces consultations qui viennent à point nommé et pourront remettre notre éducation sur les rails.

Le représentant résident par intérim des Nations-Unies, Gualbert Gbehoumou, après avoir fait un diagnostic du système éducatif guinéen qui malgré des avancées à beaucoup à faire, a invité le gouvernement à « élaborer un plan d’urgence de l’éducation en vue de mettre en œuvre les engagements pris lors du sommet » auquel la Guinée avait pris part à Paris.

Enfin, le premier ministre par intérim, Dr Bernard Gomou ouvrant les sessions, a souhaité, des « échanges féconds, dans un esprit de responsabilité et de patriotisme ».

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.