La rumeur dit que l’augmentation du prix du carburant à la pompe est imminente. En attendant, c’est la ruée vers les stations-service de Conakry.

Dimanche soir, la plupart des stations-service dans la capitale guinéenne sont bondées. Automobilistes, motards et spéculateurs veulent, chacun, s’offrir un stock. Et cela souvent jusqu’à obstruer la circulation.

comme chez le coiffeur, à la queue leu leu, chacun attend son tour, non sans des cris et plaintes des plus impatients.

Rencontré à la station de Yimbaya BBC, un motard taxi, demande à ses collègues d’augmenter les différents tarifs des trajets. « Avec la hausse du prix du carburant à la pompe, dès demain, il faut aussi augmenter le transport de tous les trajets, sinon nous n’aurons rien », a-t-il lancé à l’endroit des autres motards.

Dans la foulée, des vendeurs d’eau minérale en sachet prévoient aussi de faire grimper le prix en gros du pack à 6000 francs guinéens au lieu de 5000 francs guinéens.

Le ministère des Hydrocarbures lui, dit avoir constaté « avec regret l’arrêt des opérations de vente de carburant par certaines stations-services à Conakry et à l’intérieur du pays pour des fins purement spéculatives ».

Avant de dénoncer une pratique en « violation des dispositions du code éthique et de bonne conduite en vigueur dans le domaine de distribution de produits pétroliers ».


Abdou Lory Sylla pour guinee7.com