Un rapport d’un peu plus de 50 pages conclut qu’u cours d’une ‘‘mission d’inspection environnementale inopinée sur la pollution atmosphérique des activités de calcination de l’alumine par Friguia, l’équipe a constaté que ces envolées de poussières constituent un cas avéré de pollution. Les mesures faites in situ et les différentes consultations ont prouvé l’existence d’un niveau inquiétant de particules de poussières générées par les fours de la compagnie et qui sont inhalées par les populations de cette ville. L’équipe du MEEF ayant été sur le terrain, recommande aux autorités du Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts, précisément au Ministre d’Etat en charge de l’Environnement, des Eaux et Forêts à prendre des mesures conformément au Titre 8 code de l’Environnement du 04 juillet 2019 pour contraindre la compagnie RUSAL/FRIGUIA à trouver le plus rapidement possible les mesures pour corriger tous les impacts négatifs pouvant porter atteinte à l’Environnement et à la Santé humaine’’.

Le rapport rappelle que c’est ‘‘dans la nuit du dimanche 17 au lundi 18 novembre 2019 et jours suivants, la ville de Fria est envahie par de fortes quantités de particules de poussières visibles avec une forte ambiance dans l’espace et qui se déposent sur toutes les surfaces. C’est dans ce cadre que le Ministère de l’Environnement, des eaux et Forêts a décidé d’y envoyer une mission pour diagnostiquer la situation qui prévalait dans cette ville par des mesures et consultations’’. Lire en cliquant sur tout le rapport.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

Publicités