Des élèves de Fria (archives)

Une rumeur, selon laquelle le gouvernement a envoyé des vaccins dans les écoles en vue de propager le virus ébola, a été distillée dans la cité de l’alumine ce lundi. La rumeur, comme une trainée de poudre, s’est répandue dans les écoles. Il n’en fut pas plus pour que les écoles se mettent en ébullition. Selon nos sources, une mission d’une institution internationale était en train de sensibiliser sur la maladie quand certains ont fait l’amalgame. « Les élèves ont refusé d’étudier et se sont mis à crier dans les classes. Nous étions obligés de les laisser partir », a témoigné un fondateur d’école.

Les autorités ont tenté en vain de démentir la rumeur qui s’est propagée jusqu’au marché principal créant ici aussi la panique. Il faut rappeler que depuis son apparition en Guinée, l’année dernière, l’épidémie d’ébola s’accompagne de « folles rumeurs orchestrées par des saboteurs», comme le dénonce un acteur de la lutte contre ébola en Guinée.

Fria a enregistré trois décès liés à la fièvre ébola. La période de surveillance passée, aucun contact n’est actuellement suivi et la préfecture s’apprête à déclarer la fin de l’épidémie très prochainement.

A la date du 22 janvier dernier, un total de 18 cas d’ébola dont 9 confirmés et 9 suspects sont répertoriés dans tous les centres de traitement du pays.

Al Mo Djiba