Les journalistes, Moussa Moise Sylla (Inquisiteur), Ibrahima Sory Traoré (guinee7) et Youssouf Boundou Sylla (Guineenews- représenté par son conseil-,  étaient à la barre ce matin au tribunal de première instance de Kaloum où une plainte pour diffamation a été portée contre eux par Zenab Nabaya Dramé, ministre de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle.

Zenab Dramé et son conseil absents, la présidente du tribunal, Hadja Mariama Doumbouya, a dès l’abord donné la parole au procureur, Alpha Seny Camara, qui a déploré cette attitude de la partie civile avant d’indiquer que le parquet a déjà ouvert des enquêtes contre X qui ont « beaucoup avancé » autour de cette affaire.  « C’est facile pour nous maintenant de mettre la main sur X (…) C’est Zenab qui est X », a argumenté le procureur, avant de poursuivre : « La fuite en avant ne marche pas en droit… Il faut qu’on dise le droit dans ce pays »

Pour rappel, le procureur dans une déclaration avait indiqué que : “suivant communiqué en date du 26 novembre 2020, le gouvernement de la République a fait état d’un prétendu détournement de denier public d’un montant de plus de 200 milliards de nos francs par un membre du gouvernement tel que rapporté par le site d’informations Guineenews et relayé par d’autres médias. Face à cette dénonciation et dans sa mission régalienne de lutter contre toute impunité dans la gestion du denier public, le parquet a décidé de procéder ou faire procéder à des enquêtes et investigations plus approfondies au terme desquelles, des poursuites pourraient éventuellement être engagées conformément aux dispositions pertinentes de l’article 47 du code de procédure pénale. Le parquet rappelle que de telles poursuites seraient initiées soit pour détournement de denier public, soit pour dénonciation calomnieuse et diffamation. »

Mme Zenab Nabaya que nous avons pu joindre pour sa réaction aux propos du procureur a promis de «nous revenir ».

Bhoye Barry pour guinee7.com