‘‘Le Ministère du Plan et de la Coopération Internationale constate avec regret que malgré ses rappels, écrits  et communiqués radiodiffusés concernant le recouvrement des fonds de contrepartie du 8ème Don hors projet japonais, certains opérateurs bénéficiaires dudit Don ne se sont toujours pas acquittés des montants dus. Encore une fois, le Ministère voudrait inviter les opérateurs concernés à honorer leurs engagements contractuels au plus tard le 30 novembre 2016. Passé ce délai, la liste de ceux qui  ne se seront pas acquittés sera publiée dans les organes de presse et les dossiers transférés à l’Agent judiciaire de l’Etat aux fins de recouvrement’’ telle est la quintessence d’un communiqué rendu public cette semaine.

Selon nos informations, dans le cadre de ce fonds de contrepartie, à ce jour, 18 978 399 064 GNF ont été recouvrés sur un montant de 57 753 571 856,05 GNF. Ce qui signifie qu’il reste 38 775 172 792 GNF. ‘‘Le reste à recouvrer est assujetti à un échéancier de paiement déterminé dans les contrats passés avec chacun des opérateurs économiques bénéficiaires du Don’’, nous a dit une source du ministère du Plan et de la Coopération. Seulement, comme indiqué ci-haut, de nombreux opérateurs tardent à respecter les délais contractuels.

Mais c’est quoi le fonds de contrepartie ?

‘‘Il s’agit des appuis accordés aux opérateurs économiques guinéens pour l’achat de produits à l’extérieur afin de palier à la faiblesse des revenus en devises pour de telles opérations. Sur la base de contrats passés avec ces opérateurs, des produits tels que le fer à béton, les véhicules ont été mis à leur disposition en vue de la revente sur le marché local. Les revenus générés par cette transaction sont versés dans un compte ouvert à la BCRG, au titre des Fonds de contrepartie Guinée-Japon. La gestion et l’utilisation de ces fonds sont faites d’accord partie avec l’Ambassade du Japon en Guinée’’, nous explique un cadre du ministère du Plan.

Les fonds recouvrés servent à construire des infrastructures sociales comme les forages d’eau.

Aziz Sylla pour guinee7.com