C’est le quotidien français, Le Monde qui annonce la nouvelle dans son édition du lundi 9 avril : Le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, a prévu de se rendre en Guinée pour ‘‘souligner’’ la ‘‘bonne entente’’ entre son pays et la Guinée dans le cadre d’expulsions de Guinéens en situation irrégulière en France.

Selon le journal, aujourd’hui, les ressortissants de Guinée sont parmi les premiers contingents à entrer sur le continent par la Méditerranée occidentale et centrale. En 2018, les citoyens de cet Etat d’Afrique de l’Ouest, ancienne colonie française, se sont même hissés au deuxième rang de la demande d’asile en France, derrière l’Afghanistan, avec 8 433 demandes de protection. Les Guinéens représentent aussi la première nationalité parmi les mineurs non accompagnés, soit près du tiers d’entre eux, avec 5 227 mesures de protection en 2018. Cependant, souligne le journal, en 2015, les Guinéens n’étaient même pas dans le top dix des nationalités arrivant en Europe par la route migratoire.

Pour contrer ce flux migratoire, la France, précise le quotidien, est à l’initiative pour « construire un projet de coopération » entre l’Union européenne et la Guinée, pour œuvrer à la numérisation d’un état civil biométrique, lutter contre la fraude documentaire et les réseaux de passeurs. Ainsi le ministère de l’Intérieur compte s’appuyer sur le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique. Le travail diplomatique entre Paris et Conakry a aussi permis d’augmenter le nombre d’expulsions de Guinéens en situation irrégulière, affirme le Monde qui en citant Place Beauvau, révèle que « Désormais, la Guinée accorde plus de 75 % des laissez-passer consulaires sollicités ».

Et c’est pour justement souligner cette bonne entente que Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, compte venir en Guinée.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com