La visite effectuée la semaine dernière par des  ressortissants de Pita à la résidence du président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo, à Dixinn,  a été une occasion pour afficher une unité d’action face à la tempête qui se déchaîne sur le parti, avec la défiance de Bah Oury vis-à-vis de la direction et le tollé provoqué dans l’opinion par l’assassinat du journaliste Mohamed Diallo devant les locaux de l’UFDG.

Cellou Dalein Diallo a l’air d’avoir été réconforté par la visite des ressortissants de Pita à sa résidence le vendredi dernier. Une occasion mise à profit pour lui réitérer leur soutien et l’inviter à ne ménager aucun effort pour préserver « l’unité et la cohésion » au sein du parti.

Dans son intervention, le député Diouldé Sow, porte-parole de la délégation,   a  rappelé que Pita a toujours payé « un lourd tribut » pour les différents changements intervenus en Guinée, durant  ces dernières décennies, comme l’a rapporté guineenews sur son site. La délégation aurait ensuite réitéré son  soutien à la direction nationale de l’UFDG et son président, tout en lui demandant de préserver « l’unité et la cohésion » au sein de leur parti.

Pour ces ressortissants de Pita, préfecture d’origine de Bah Oury, premier vice-président de l’UFDG, exclu par la direction, « aucune tentative de déstabilisation du parti n’aboutira. » Promettant de ne pas prêter le flanc à une telle démarche qui n’émanerait que du pouvoir.

Pour sa part, le leader de l’UFDG a remercié les visiteurs, tout en rendant hommage aux fils de Pita. « Je n’ai jamais douté du rôle déterminant joué par les fils de Pita dans la lutte que nous menons pour l’avènement de la démocratie », a-t-il reconnu.

Dalein a rappelé que les gens qui militant au sein de son parti, notamment ceux de Pita le font par simple conviction, et non pour des raisons pécuniaires. « Beaucoup de ressortissants de Pita occupent des hautes fonctions au sein de l’administration. Ils ont fait la campagne de M. Alpha Condé avec beaucoup d’argent. Si c’était pour l’argent ou l’espoir d’avoir des postes, vous auriez voté pour M. Alpha Condé. Mais le combat que nous menons, c’est plutôt pour la démocratie », a-t-il souligné.

Le chef de l’opposition a tenu à dire à la délégation que le combat pour la démocratie est un combat de longue haleine. « Le combat que nous menons n’est pas facile. Mais la vérité est que nous représentons la véritable force. Ils ont tout essayé, en vain. Ils ont intimidé, frappé, blessé, tué et emprisonné. Mais nous sommes inébranlables. Beaucoup les ont rejoints. On leur a remis assez d’argent, malgré tout, vous n’avez pas changé de camp parce que vous rêvez de la démocratie ».

A propos de l’assassinat du journaliste Elhadj Mohamed Diallo à devanture  du siège de son parti, Cellou Dalein Diallo apporte des précisions. « Dès l’incident, la commission d’enquête a été constituée 72 heures après. J’ai été entendu le dimanche (NDLR, le 7 février.) Ils n’appliquent la loi que quand ça les arrange. A défaut, ils refusent d’appliquer la loi. Ils ont la police, la gendarmerie, l’administration et les finances. Ils font ce qu’ils veulent en toute impunité », a-t-il déploré.

Quant au cas Bah Oury, premier vice-président du parti exclu, il ya une dizaine de jours, le président de l’UFDG donne sa version des faits.

« Aujourd’hui, ils l’ont récupéré. Est-ce qu’ils l’ont marabouté ? A-t-il eu des fortes promesses ? Personnellement, je n’en sais rien, s’est-il demandé. Je suis sans explication. Mais C’est Alpha, qui est derrière toutes ces manœuvres. Depuis cinq ans, son parti-Etat a tout fait pour nous faire taire, impossible. Lui-même sait qu’en organisant des élections propres, il sera humilié. Son souhait, après son premier mandat, comme l’élection de 2010 est douteuse, il voulait organiser des élections transparentes pour dire qu’il est démocrate mais il a vu que c’en était impossible. Sur ce point, il sait qu’il n’y aura pas match ».

Poursuivant, il déclare : « il a voulu récupéré les militants. C’est ainsi qu’il a débauché Saliou Bella mais il n’a pas pu nous déboulonner. Donc, si nous restons constants, il ne pourra rien contre nous. Nous traversons une épreuve difficile mais cette épreuve va passer un jour. Aujourd’hui, ils ont peur. Alpha sait pertinemment que de tous les opposants, si l’UFDG forme un bloc, personne ne pourra nous battre en 2020. Nos adversaires sont très nombreux. Ceux qui veulent la démolition de l‘UFDG sont très nombreux. Certains viennent de chez nous, d’autres non. Tous ceux qui cherchent le pouvoir en 2020 savent pertinemment que si nous sommes unis jusque-là personne ne peut nous battre».

Pour finir, il a clamé : « il est temps de montrer à tous nos adversaires que nous sommes debout et unis. Nous devons nous battre, nous unir et éviter l’implosion. Restons unis. »

Tel est le vœu du président de l’UFDG, qui a sans doute compris que face à la tempête qui s’est abattu dur son parti, avec la défiance de Bah Oury vis-à-vis de la direction et l’affaire Mohamed Diallo, seule l’unité de tous les membres de la première formation politique de l’opposition pourrait sauver le navire du naufrage.

Oumar Daroun Bah in Le Démocrate, partenaire de guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici