C’était autour du ministre de l’environnement, Oyé Guilavogui, de se prêter aux questions des journalistes, ce lundi 20 avril. Dans ce cadre, il a éclairé la lanterne des hommes et femmes de médias sur certaines composantes de son département.

A la question de savoir s’il existe en Guinée un inventaire des espèces menacées, le ministre Guilavogui répond : « C’est vrai que c’est le mal de notre pays. Il faut avoir le courage politique de le dire. Moi-même qui suis le premier responsable du secteur, je suis incapable de vous donner l’inventaire total des espèces qui sont protégées. Par un passé très récent, on parlait en Guinée ici, de la présence de 200 à 250 éléphants. Ce n’est pas vrai ! Vous allez dans certains endroits, on vous parle de 100 têtes d’éléphants ; tout récemment, on me parle de 24. C’est pour vous dire qu’il n’y a pas d’inventaire réel. Et quand je vous parle du bassin de la Falémé, on parle de 250 chimpanzés, ce n’est pas vrai. Il faut un inventaire pour le savoir. Nous sommes en train d’initier au niveau du ministère de l’Environnement un projet qui va nous permettre d’inventorier l’ensemble et les différentes espèces d’animaux protégées en Guinée. Et nous allons le faire depuis la Forêt, jusqu’en Moyenne Guinée et passant par la Haute Guinée et la Guinée Maritime. C’est un projet, cela coûte très, très cher. Mais il faut le faire ».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici