Alors que l’assemblée ordinaire et élective de la Fédération guinéenne de football a été reportée sine die, suite à un courrier de la FIFA demandant à l’instance dirigeante du football guinéen de sursoir au processus électoral parce qu’entaché d’irrégularités, c’est une scène plutôt surprenante qui se serait produite à l’hôtel où devait se tenir le congrès à en croire nos sources.

Le candidat à la présidence de la fédération guinéenne de football, Abdoul Karim Bangoura alias AKB, aurait insulté Elhadj Mamoudou Diallo, président du club du Lelou FC par ailleurs membre statutaire de la fédération guinéenne de football. « C’est effectif, Elhadj m’a dit qu’il a été insulté par AKB. Moi personnellement j’étais un peu éloigné de la scène, c’est quand j’ai entendu les cris que je me suis approché. Entretemps j’ai vu Elhadj qui pleurait il m’a dit que c’est AKB qui l’a insulté et qui a dit que lui AKB et son clan s’occuperont du vieux. Ensuite le vieux m’a dit que la cause c’est parce que AKB lui a demandé de voter pour lui, mais qu’il a répondu qu’il a déjà promis sa voix à KPC. Nous sommes à l’hôtel parce que la fédération avait déjà payé trois nuitées. Sinon moi je serais déjà rentré chez moi. Parce que c’est du n’importe quoi qui se passe ici. Heureusement que l’assemblée a été reportée sinon, il y aurait de la pagaille totale ici », nous a-t-on rapporté.

Joint au téléphone, Elhadj Mamoudou Diallo, qui visiblement était toujours colérique, a juste confirmé les injures envers sa personne et a promis de nous recontacter pour nous en dire plus avant de raccrocher.

AKB que nous avons joint au téléphone réfute ces accusations qu’il qualifie d’allégations mensongères : « C’est faux je n’ai insulté personne. Vous savez quand il y a des choses, chacun interprète comme il veut. Moi je ne veux pas trop parler de ça. C’est vrai quand j’ai croisé  le président du Lelou, je lui ai dit d’arrêter de parler du mal de moi à mon absence quand il est de l’autre côté. Il peut faire son choix, il est libre mais je lui ai dit d’arrêter de parler de moi, c’est tout. Je lui ai dit de laisser mon nom tranquille. Maintenant s’il parle de menaces de mort, ça n’engage que lui. »

S’agissant de la demande qu’AKB aurait formulée  pour  que le président du Lelou vote en sa faveur, l’ancien capitaine du syli national dément catégoriquement : « je jure sur la tombe de mes parents, je ne lui ai jamais parlé de ma candidature, jamais. C’est quelqu’un que j’ai vu plusieurs  fois chez le président Antonio qui fait des faveurs pour lui. Peut-être c’est pourquoi même il est paniqué. Il y a de ces personnes que tu n’as besoin de demander  de voter pour toi. Même si je l’avais fait, la vie c’est un choix. J’ai des amis qui sont aujourd’hui chez KPC, mais il n’y a pas de problème la vie continue, je me vois avec eux, on se côtoie, c’est leur choix. Maintenant s’il va dans l’autre camp pour dire que le président Antonio a eu des problèmes c’est parce que AKB est à côté de lui, c’est ce que je lui ai dit d’arrêter. Maintenant s’il y a des gens qui veulent faire de ça un fonds de commerce, libre à eux », a-t-il conclu.

Sam Samoura pour Guinee7.com