Engagé dans l’esprit de conciliation avec une démarche toute pédagogique, Salifou Camara Super V, président de la Fédération guinéenne de football – Féguifoot – convie ses collaborateurs déserteurs à poursuivre ensemble le mandat à eux dévolu.

Dans sa lettre réponse adressée aux onze (11) frondeurs de la Féguifoot portant sur les « supposés » dysfonctionnements au sein de l’instance dirigeante sur « la gestion du football national guinéen », Super V s’est expliqué en détails sur tous les points de discorde.

Pour l’essentiel, il convient pour les parties en conflits de se retrouver pour laver le linge sale ensemble dans un contexte d’harmonie et de sérénité.

Selon Salifou, « notre action est commune et nos manquements le sont également ». Ainsi dire que les collaborateurs du président du Comité exécutif – CE – sont aussi « comptables » de tous les agissements de notre association nationale en charge de l’animation, de l’administration et la gestion du cuir rond en Guinée.

D’où l’interpellation de Salifou Camara Super V en demandant à ses pairs d’être « logiques et justes » avec eux – mêmes avant de lui en vouloir. A propos, il prend à témoin chacun des frondeurs sur les actes qu’il a posés en leurs faveurs, en dépit de leur appel à l’organisation éventuelle d’une Assemblée générale extraordinaire – AGE -. D’après sa lettre, le boss de la Féguifoot souligne que « les différentes situations financières de notre mandature ont été soumises à votre approbation avant d’être présentées et validées lors de l’AG ».

Et, ajoute – t – il, « le procès – verbal transcrit par le Secrétaire général en fait foi ».

De son avis « le football guinéen se porte bien, en témoigne la mise en place de la Ligue professionnelle et l’organisation de toutes les compétitions nationales, les récents résultats glanés sur les stades du Rwanda, du Niger, du Chili, du Mali et du Maroc entre autres; le niveau du football féminin, la participation de nos clubs à toutes les compétitions africaines, malgré leurs éliminations et que dire de la dernière prestation de l’équipe nationale junior à Monrovia au Libéria ».

En plus, Salifou renchérit en ces termes « nos personnes doivent s’effacer devant l’intérêt de nos braves populations qui attendent de nous des actes, un développement véritable et non que nous nous livrons à des disputes qui ne vont pas dans le sens de l’amélioration des acquis du football, de notre jeunesse ».

C’est pourquoi le N°1 de la Féguifoot rappelle ce qui suit à l’attention de ses détracteurs : « être membre de la Féguifoot donne certes des droits mais aussi et surtout impose des obligations ».

Pour illustrer son affirmation, Super V parle à ses collègues sous la forme interrogative. « Le collectif que vous avez constitué (G11), a – t – il posé des actes ? Réalisé des projets ou juste tenu (pour ceux qui étaient là dans le mandat passé) des réunions régulières au sein de vos différentes commissions ? ; qui, à part les commissions Compétitions, Football féminin, Commission des arbitres, Marketing et TV, à une moindre mesure la Commission Médicale», telles sont les questions que le patron demande à ses collaborateurs.

Pour tenter ainsi de faire bouger les choses dans la famille de la Féguifoot, son président indique que l’innovation, la créativité et le profil de manager permettent de faire aboutir les actions et réaliser des projets. Ce qui ne semble pas caractériser les membres du collectif, à des exceptions près. Selon Super V « la critique est aisée mais l’art difficile ».

Par ailleurs, il travaillerait actuellement sur d’importants et ambitieux projets de renforcement des capacités des ligues régionales et de constructions de mini stades à l’intérieur de la Guinée.

Par contre, les frondeurs rejettent déjà la réponse à eux adressée et déclarent, par la voix du bouillant vice – président, qu’elle constitue un « mépris pour leur personnes ».

Amadou Diaby que nous avons croisé à propos indique que le collectif auquel il appartient répondra à son tour la semaine prochaine.

A noter que, parmi les frondeurs, c’est bien le nom d’Ibrahima Blasco Barry, Secrétaire général de la Féguifoot qui circule de plus dans les milieux sportifs comme « étant l’instigateur » du mouvement de soulèvement contre un « bienfaiteur ».

Lui, Blasco serait aussi derrière l’éviction de Bruno Bangoura et également derrière les suspensions de Djibril Becken Diarra et du Colonel Youssouf Traoré.

Dans l’ensemble, Salifou Camara Super V prône auprès de ses compagnons de route dans ce second mandat qu’il préside, le dépassement de soi dans la voie du partage des responsabilités pour un meilleur devenir du football national à tous les niveaux.

Bref, il est de l’intérêt général que les acteurs concernés évitent un bras de fer entre eux pour accorder leur violon dans une nouvelle dynamique en faveurs des athlètes et du public sportif de Guinée que ces membres du CE de la Féguifoot sont pourtant censés servir.

Emmanuel Toumany

00224 657 259 958