Les moustiquaires ne sont pas utilisées à Kindia pour se mettre à l’abri contre le paludisme. En grande quantité, elles sont utilisées par les agriculteurs pour protéger leurs champs de toutes sortes de menaces, alors qu’eux-mêmes sont livrés aux moustiques, source du paludisme. 

“C’est vrai que nous utilisons les moustiquaires pour protéger nos champs et pour emballer nos récoltes. Nous ne sommes pas les seuls à les utiliser de la manière. Mais le plus souvent, ce sont les anciennes moustiquaires que nous nous utilisons pour clôturer nos champs. Parfois, nous utilisons les nouvelles moustiquaires, car il nous faut protéger nos semences. Nous savons qu’elles ne sont pas là pour cela, mais on n’a pas le choix”, a expliqué Fodé Camara, cultivateur.

Plus loin, nous lui avons posé la question à savoir, comment peut-il gagner une telle quantité de MILDA pour ses champs, pendant qu’il y a des ménages qui en ont besoin ? Il nous a répondu : “Je ne peux pas vous dire notre secret. Sinon on risque de ne plus en avoir dans le futur. Ce qui reste clair, nous ne sommes pas les agents distributeurs des moustiquaires, ni les agents recenseurs. Nous sommes des simples cultivateurs. Et chez nous, nous dormons sous la moustiquaire”, a t-il laissé entendre.

Le constat est donc qu’à Kindia, plusieurs champs sont clôturés par des moustiquaires.

Par ailleurs sur la route de Fria, il n’est pas rare de voir les moustiquaires utilisées comme des filets de football.

Joseph Bangoura pour guinee7.com

628388493

Publicités