Ce lundi, au sortir d’une réunion, les membres du FNDC (Front National pour la Défense de la Constitution) ont, a travers une déclaration, annoncé la reprise des manifestations de rue, pour faire barrage au projet d’un troisième mandat pour Alpha Condé.

Prenant la parole à la suite de cette déclaration, le leader l’Union des Forces Républicaines (UFR), Sidya Touré, a renchéri en déclarant : « C’est un moment extrêmement solennel ; nous rentrons dans une phase où les Guinéens doivent récupérer leur liberté, qu’on veut nous confisquer. Il faut que cela soit très clair, nous n’accepterons pas de troisième mandat, que ce soit par referendum ou organisé de manière déguisée derrière un semblant d’élections législatives ».

Avant d’ajouter : « Nous n’accepterons pas que le peuple de Guinée soit caporalisé et nous n’accepterons pas qu’il n’y ait même plus de partis politiques d’opposition, parce que c’est l’objectif qui est fixé… Mais ce que je peux vous dire, nous sommes déterminés à aller de l’avant, nous allons faire en sorte que les Guinéens démontrent exactement où est la légitimité dans ce pays ».

Également présent à cette rencontre, Dr Ousmane Kaba, président du PADES, a déclaré ceci : « La situation est grave. La question essentielle, c’est ceci : est ce que les Guinéens veulent la république et la liberté ou les Guinéens veulent une royauté et la présidence à vie ? Je pense que toutes les personnes de bonnes volontés doivent se donner les mains, pour éviter à notre pays un recul démocratique. Ce combat doit être le combat de tous les Guinéens où ils soient. Je voudrais placer ce combat sous le signe de l’unité national et de la fraternité de notre pays, parce que c’est une partie de l’élite qui confisque la liberté de la Guinée… il ne s’agit d’une région contre une autre ou d’une ethnie contre une autre, il s’agit de la lutte entre le bien et le mal ».  

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire