Empêché de sortir du pays pour aller se faire soigner à l’extérieur du pays, le vice-président de l’UFDG, Dr Fodé Oussou Fofana a exprimé sa résolution de ne pas « s’apitoyer » face à cette situation sur les ondes de Fim Fm.

« Il y a des gens qui sont déjà enterrés. Il y en a qui sont emprisonnés, il y en a qui, aujourd’hui, n’ont pas les moyens même de se traiter. Moi Fodé Oussou, s’il s’agit d’aller demander pardon à quelqu’un, ou aller m’apitoyer, aller rencontrer un ministre, aller demander pardon aider moi à sortir. Je préfère perdre mon œil mais je ne ferai pas ça. C’est une question de dignité. Parce que je n’ai absolument rien fait. La question que je me pose, c’est : on est dans quel pays ? Même à un pire ennemi, même à un criminel qui est dans une situation comme ça, vous ne pouvez pas l’empêcher de partir. Ce qui sont à l’origine de ça, qui m’empêchent de voyager, honnêtement, c’est de leur responsabilité », a-t-il dénoncé.

Déterminé, il a renouvelé son engagement auprès de son parti : « J’en garde un sentiment de fierté, qui prouve encore que j’ai bien fait d’être dans ce parti. Parce que je reconnais que ce parti-là, est un parti qui se bat pour la solidarité… Moi Fodé Oussou pour rien au monde, pour quelque raison que ce soit, je ne quitterai l’UFDG. Je ne changerai pas. Personne dans ce pays n’entendra que Fodé Oussou a quitté là, il est allé là… »

À la question de savoir s’il a fait des démarches auprès du président, il a affirmé : « Je vais faire des démarches par rapport à quoi ? Je vais faire des démarches pour aller dire à monsieur Alpha Condé, pardon pour l’amour de Dieu laisse-moi aller me soigner ? Je ne ferai pas ça. Je n’appellerai pas un ministre. Je n’appellerai pas le président. Je n’appellerai personne par rapport à ça. C’est une question de dignité. Je suis un citoyen guinéen. Je n’ai reçu aucune notification. Je n’ai rien fait. »

Une synthèse faite par Abdou Lory Sylla pour guinee7.com