Au lendemain de la condamnation d’Amadou Diaby par le comité Éthique de la fédération guinéenne de football, ses avocats étaient devant les journalistes, ce samedi 17 août à la maison de la presse à Kipé. L’objectif de cette conférence était d’éclairer la lanterne de l’opinion sur des ‘‘prétendus’’ faits de corruption reprochés à leur client.

Dans sa communication, un des avocats d’Amadou Diaby, a déclaré que son client “est abasourdi d’apprendre, par voie de presse une interdiction de toutes activités sportives pour sept ans dont cinq fermes, et 25 000 euros d’amende par un tract imputé à la Commission d’Éthique de la fédération guinéenne de football ;  sans avoir été entendu et passé par la procédure de jugement ce, en violation du code d’Éthique de la FEGUIFOOT”, a dénoncé, Me Maliki Ibrahim.

Poursuivant, cet avocat inscrit au barreau du Mali, accuse le président de la commission Éthique, Amadou Tham Camara, d’avoir dissuadé Paul Put d’accepter une confrontation avec Amadou Diaby qui, selon l’avocat, « sera surpris d’apprendre qu’en lieu et place de cette confrontation, il devra recevoir, pour observation éventuelle, copie auprès du secrétaire général de la FEGUIFOOT d’un rapport de fin d’instruction, en date du 13 août 2019, relatif au cas de corruption à son encontre”.

Enfin, Me Maliki Ibrahim, a annoncé que “nous, on attend d’abord une décision, on espère que ce tract ne sera pas confirmé. Si ce tract est confirmé, nous allons nous pourvoir devant les autorités compétentes. Que ce soit le recours national ou supranational”.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici