Le ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle vient de signer un accord avec le Collège d’enseignement général professionnel (CEGEP) du Canada.  La signature a eu lieu, ce mardi 5 juillet 2022, au siège du département à Taouyah dans la commune de Ratoma.

Cet accord de partenariat va contribuer à former les formateurs des écoles d’enseignement technique et professionnel de Guinée.

« Nous sommes heureux ce matin de signer avec la fédération de CEGEP, ce contrat qui va nous permettre de mieux qualifier le système de l’enseignement technique et d’améliorer la qualité des prestations », s’est réjoui Alpha Bacar Barry, ministre de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, après la signature de l’accord.

Il a rappelé que « la problématique majeure de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, c’est au niveau du déficit de formateurs, mais aussi un déficit de management au niveau des écoles pour leur animation, leur planification et leur programmation. Nous avons donc dans notre feuille de route l’obligation, le premier ministre nous a instruits de relancer le développement du capital humain au niveau de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, (…).  Donc, nous sommes allés chercher des partenaires qui sont classés parmi les meilleurs au monde. La fédération de CEGEP du Canada qui accepte de travailler avec nous sur une première période de trois ans pour pouvoir nous permettre d’abord de palier à l’urgence sur le déficit de formateurs qu’il y a avant la rentrée prochaine. Mais aussi mettre en place un plan de formation et d’animation des écoles régionales d’art et métier qui sont des grandes écoles avec de bons équipements qui peuvent à la fois offrir des formations de qualité et aussi offrir des produits et services aux communautés ».

Poursuivant, le ministre Alpha Bacar Barry, a précisé que lors des formations, « il y aura des modules qui seront définis, des professeurs déjà en service seront identifiés et remis à niveau. D’autres personnes qui ne sont pas encore embauchées dans le secteur seront identifiées. Un processus de formation des formateurs se mettra en place de façon naturelle. L’intervention se fera en Guinée. Nous préférons que les partenaires, les techniciens et les formateurs soient ici en Guinée et qu’ils soient déployés automatiquement. Ce sera une formation alternative, ils vont passer du temps, ils ne vont pas quitter les salles de classe ».

Pour, Francis Brown Mastropaolo, chef de la délégation du CEGEP, « cette formation se fera dans la plus grande innovation possible. Nous allons offrir une formation de qualité aux formateurs, administrateurs et les étudiants des écoles d’enseignement technique et de la formation professionnelle ».

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199