Le centre de traitement de Gueckédou, ville située dans le sud est de la Guinée, a vu le nombre de ses patients atteindre 73 cas, tous quasiment venus de la Haute Guinée, région où l’épidémie d’Ebola serait en nette progression, a affirmé le coordinateur national de la riposte contre la maladie Dr Abdourahamane Batchily.

Mercredi, des malades venus de cette région ont été admis également dans le nouveau centre de traitement ouvert par la France à Macenta, préfecture voisine de Gueckedou, où le nombre de patients est de 20, dont la plupart proviendrait de la Haute Guinée.

Les zones les plus touchées dans cette région sont Faranah avec 25 cas dont 13 décès, Kérouané avec 138 cas dont 70 décès, et Kouroussa avec 9 cas dont 5 décès. Ce bilan prend en compte des chiffres enregistrés le 17 novembre dernier.

La réticence aux équipes anti-Ebola et le mouvement de certains contacts seraient à l’origine du nombre élevé de cas de contamination au virus Ebola. Et à cette allure, la Haute Guinée tendrait à surpasser la région forestière, épicentre de la maladie, dans le nombre de cas notifiés, selon des observateurs.

Il faut toutefois noter que les populations se mobilisent pour apporter un soutien dans la lutte contre l’épidémie dans les provinces intérieures, à travers des apports en kits, qui sont distribués aux localités touchées.

Dans l’ensemble, la Guinée compte à ce jour 1 729 cas confirmés d’Ebola, dont 990 décès.

Xinhua