La fermeture d’écoles privées incriminées dans les cas de fraudes et de substitutions de candidats au compte des examens de la session 2022 a été annoncée ce vendredi par le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Guillaume Hawing, qui était devant la presse à Conakry, ce vendredi.

Selon le ministre, la rigueur qui a amené certaines personnes devant les tribunaux va se poursuivre. « On ne peut pas construire le pays dans la fausseté. On ne peut pas construire le pays en laissant les élèves copier comme ils veulent. Ce n’est pas normal. Le constat est amer, certains ont pris l’éducation pour une porte d’entrée même s’ils n’ont pas de niveau. Nous ne sommes pas là seulement pour l’organisation des examens, mais la même rigueur va continuer à l’ouverture et surtout au niveau des classes intermédiaires surtout les petites classes. Il faut s’y mettre », a-t-il annoncé.

« Toutes ces écoles privées qui ont fait des substitutions, prendre un élève et le faire remplacer par un autre, remplacer les enseignants qui sont engagés par leurs propres enseignants pour qu’ils aident leurs élèves (candidats) à frauder, toutes ces écoles seront fermées. Nous n’allons pas badiner là-dessus. Ce que je dis n’est pas une humeur. Ce sont les textes qui (le prévoient).  Elles seront toutes fermées et nous allons passer à autre chose. Elles (écoles privées) vont servir d’exemple », a-t-il menacé par ailleurs.

Plus loin, le conseiller juridique du ministère Mohamed Sanoussy kaba a rappelé le cadre juridique de ces dispositions prises par le ministère. « A l’issue de nos enquêtes toutes les écoles qui seront retenues dans les liens de la culpabilité d’organisation de fraudes ou de substitution des candidats et surveillants, seront fermées conformément à l’article 20. Et ces écoles ne pourront pas fonctionner en principe. Les fondateurs de ces écoles n’auront aucun droit de pouvoir ouvrir une école pour les cinq prochaines années », a-t-il précisé.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com