Ousmane Gaoual Diallo dans le gouvernement de la Transition est une grosse épine enlevée du pied de Cellou Dalein Diallo en prélude de la prochaine présidentielle. Un soulagement donc pour le mentor qui, par inadvertance, avait fini par se créer un « challenger ». On se souvient encore des vertes et des pas mûres balancées à la face de feu Jean-Marie Doré qui, en réplique, avait traité le nouveau député Gaoual d’un certain nom d’oiseau…

Le forfait de Ousmane Gaoual -il est interdit à tous les membres du gouvernement de la transition de se présenter aux prochaines élections- ne doit sans nul doute pas être le seul motif de satisfaction pour Cellou Dalein Diallo, l’éternel candidat de l’UFDG ; le poste qu’occupe celui-là dans le gouvernement ne va pas être comme une sinécure pour lui. Il peut même paraitre comme un piège !

En effet, Ousmane Gaoual en tant que ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire aura à gérer l’épineuse affaire de Kaporo rails où l’essentiel des déguerpis sont proches de l’UFDG… Il va sans dire qu’au nom de l’Etat, Gaoual défendra les intérêts de celui-ci au détriment des militants. Ce qui, politiquement n’est pas sans risque pour lui qui a toujours rêvé d’utiliser l’UFDG comme un tremplin. Et Dalein peut bien prendre la balle au bond !

Par contre Ousmane Gaoual peut bien faire de son entrée dans le gouvernement une aubaine. Ça lui permet de se tailler sur mesure une toge « d’homme d’Etat », renforcer son carnet d’adresses, aller au-delà des plates-bandes de l’UFDG-ce que Dalein n’a jamais réussi jusque là- et revendiquer le leadership au cas où Dalein ne gagnait pas la prochaine présidentielle. Sait-on jamais…

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com