C’est un groupe de jeunes ‘’frustrés’’ par la gestion du front national pour la défense de la Constitution (FNDC) qui s’est présenté, ce jeudi 4 juin 2020, à la maison de presse de Kipé. Ils (les jeunes en question) accusent le coordinateur de ce mouvement Abdourahamane Sano de prises de décisions unilatérales depuis la création du FNDC le 03 avril 2019.

« Une Gestion opaque au sein du FNDC, les membres des antennes de l’intérieur et de l’extérieur du pays ainsi que tous les autres contributeurs n’ont jamais reçu un quel conque rapport financier de la structure. A noter qu’il y a plus de 30 000 USD récoltés sur la cagnotte en ligne, alors que le mouvement a de nombreux blessés et prisonniers qui sont dans le besoin. Pourquoi cet argent est-il bloqué encore ? La prise de décisions unilatérales du coordinateur du FNDC dans le fonctionnement des antennes plus particulièrement au niveau de la diaspora, en France, en Allemagne, aux USA et en Belgique. La dernière en date est le déni de démocratie dans l’élection du coordinateur de la Belgique », a déclaré Ibrahima Keïta au nom des jeunes frondeurs.

« L’ensemble de ces manquements interpellent tout le monde et, en premier lieu, Monsieur Abdourahamane Sano Coordinateur National du FNDC sur les questions de leadership, du fonctionnement du mouvement et, surtout, de la continuité des actions du FNDC », a renchéri Ibrahima Keîta.

Selon Bella Bah, autre frondeur : « il n’y a pas eu d’élection (à la création du FNDC), il y avait eu un consensus et nous l’avons accepté pour une question de combat parce que personne d’entre nous ne cherche une place au sein de la coordination », souligne-t-il. Mais aujourd’hui, « Nous cherchons à ce qu’il y ait une concertation à la base et à la prise en compte des idées des différents membres du FNDC. Nous existons depuis une année mais fort malheureusement aucune antenne, ou mouvement n’a su ce qui se fait au sein du FNDC ».

Bhoye Barry pour guinee7.com
00224 628 705 199