Suite à la dernière déclaration de l’opposition, nous avons recueilli la réaction de M. Albert Damantang Camara, porte-parole du gouvernement, ministre de l’Enseignement technique.

Albert Damantang Camara rappelle : ‘‘Souvenez-vous que Saïd Djinnit, représentant Spécial de Ban Ki-moon en Afrique de l’Ouest, est venu prendre la tête de la médiation au nom des Nations-Unies. Il l’a répété maintes fois et c’est aux Nations-Unies que la Guinée s’est adressée pour le faire venir. C’est avec lui que la mouvance et l’opposition ont régulièrement signés les conclusions du Comité de Suivi validant chaque étape du processus électoral.’’

Ensuite : ‘‘La dernière déclaration de ce Comité de Suivi est d’ailleurs très claire. Sans nier les imperfections de notre processus électoral, elle appelle les guinéens à privilégier le dialogue et les recours légaux tout en attirant l’attention sur le fait de corriger toutes nos imperfections opérationnelles relatives au processus  électoral que ce soit dans sa préparation, son déroulement ou son contentieux. S’adresser à Ban Ki-Moon pour dénoncer un processus pour lequel il a envoyé son représentant spécial me semble donc mal venu. Mais c’est le droit de l’opposition, tout comme le fait de s’adresser à l’UA, la CEDEAO et l’Union européenne.’’

Par contre, précise le porte-parole du gouvernement, ‘‘prendre à nouveau la rue, de manière active ou passive, c’est soumettre à nouveau notre pays à une tension inutile. Il n’y a jamais rien de positif qui sort de telles pratiques. D’autant plus que l’opposition en profite pour surenchérir sur l’événement malheureux qui est survenu dimanche dernier par la faute d’un journaliste dont même les collègues ont dénoncé le comportement irresponsable’’.

Propos recueillis par El. Hadj Mohamed Diallo