Cela fait exactement quatre jours que les élèves des écoles publiques de Conakry et de l’intérieur du pays ne suivent pas normalement les cours. Cette situation qui dure depuis le 12 février dernier est la résultante d’une grève déclenchée par le syndicaliste dissident du SLECG, Aboubacar Soumah et Cie.

Après l’intervention des deux grands religieux du pays (El. Mamadou Saliou Camara et Mgr Vincent Koulibaly) qui n’a vraiment pas porté fruit dans la résolution de cette crise, le tout nouveau médiateur de la République, Mohamed Saïd Fofana, sans avoir officiellement pris fonction, tente à son tour de mettre fin à ce bras de fer entre le gouvernement et les grévistes du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) suivis par la base.

Un tête-à-tête serait d’ailleurs programmé, ce jeudi, entre l’ex-Premier ministre et le principal meneur dudit mouvement de grève ; joint au téléphone, c’est ce que ce dernier nous a affirmé : « On est en train de manager cette rencontre comme ça. Là où on doit être reçu, là où on doit tenir la rencontre, l’heure et le lieu de la rencontre ne sont pas encore définis ».

À rappeler que depuis le déclenchement de ce mouvement de grève en début de semaine, deux cas de mort, dont un par balle ont été enregistrés.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com