Après un mois, les écoles peinent toujours à rouvrir les portes dans la région administrative de Labé. Même si le mot d’ordre de grève est général, le constat révèle que dans certaines préfectures de la Guinée, les cours se tiennent, même si l’affluence des élèves n’est pas grande. Selon le Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA), la région de Labé se classe dernière, au vu des chiffres relatifs aux taux de présences dans les écoles remontés. C’est donc dans le dessein de sensibiliser les enseignants, dit-on, que depuis 72 heures, une mission du MENA séjourne dans la cité de Karamoko Alpha mö Labé, rapporte le correspondant de Guinee7.com.

La salle de conférence du gouvernorat a servit de cadre, le lundi 5 novembre 2018, à une rencontre entre une mission ministérielle (MENA), les autorités locales (Gouverneur et préfet) et les acteurs de l’éducation de Labé (Inspection régionale de l’éducation, les 5 DPE de la région, enseignants et APEAE). Selon Alhassane Diakité, secrétaire général dudit ministère, cette mission a pour objectif, de sensibiliser les enseignants de la région de Labé pour la reprise effective des cours, parallèlement aux négociations entre le mouvement syndical et le gouvernement.

Alpha Mamoudou Diallo, directeur national de l’enseignement fondamental, a porté le message du ministère : « Nous ne sommes pas venus à Labé pour intimider, encore moins pour casser les grévistes. Nous sommes là pour appeler chacun à une prise de conscience, pour l’avenir de nos enfants, surtout les enfants de la région de Labé. Pendant le premier régime, le Foutah a produit de bons élèves et de bons cadres. Mais si vous voyez les résultats des derniers examens, la région est toujours dernière. Donc, nous vous demandons de faire, à l’instar des autres régions ; revenez à l’école et parallèlement les négociations vont se poursuivre entre le syndicat et le gouvernement. A Kankan et Nzérékoré, ça étudie, contrairement à ici. Ce matin, nous étions dans un établissement scolaire de la place, mais à 9h 40, il n’y avait personne. Encore une fois, j’appelle les enseignants du Foutah à imiter leurs homologues des autres régions, en revenant dans les classes » a-t-il expliqué.

Le Gouverneur, Sadou Keita, lui aussi, a demandé aux enseignants de mettre l’avenir des enfants avant tout. Pendant cette rencontre, la mission du MENA a révélé à l’assistance les véritables raisons de la suspension des directeurs préfectoraux de l’éducation, dont Hadja Aissatou Diouldé Diallo, ancienne DPE de Labé. Selon Alpha Mamoudou Diallo, ces cadres ont été suspendus par le ministre Sangaré, parce qu’ils ne lui remontaient pas les noms des enseignants absents de leurs postes et les autres DPE (NDLR, Koubia, Mali, Tougué et Lélouma) ont tout juste eu de la chance, car ils sont dans la même situation que ceux qui ont été suspendus.

A signaler que malgré cette rencontre, les écoles sont restées fermées, ce mardi 6 novembre 2018, dans la commune urbaine de Labé.

Mohamed Samoura pour Guinee7.com