Face à ses compagnons de lutte, ce week-end, à l’occasion de l’assemblée générale de son syndicat, le camarade Aboubacar Soumah, a fait le point des préparatifs de la ‘‘grève de solidarité’’ qui, selon lui, doit être déclenchée par 11 autres centrales syndicales, pour appuyer son mouvement de revendications qui, il faut le reconnaître, a du mal à prendre de l’ampleur cette fois-ci.

Selon lui, les onze centrales syndicales qui devraient déposer, depuis le jeudi passé, leur préavis de grève se sont effectivement retrouvées. “Mais, dit-il, la demande nous a été faite par la FESABAG dont le secrétaire général, Abdoulaye Sow, est en déplacement pour des raisons de santé. Comme vous le savez, le secteur financier est très sensible et ce n’est pas facile de faire adhérer tout le monde dans un mouvement de grève. Donc c’est cette structure qui a demandé de lui donner du temps afin qu’elle puisse prendre des dispositions, pour que leur engagement soit effectif. Chose qui a été faite. Ils se sont retrouvés et ils sont d’accord. Toutes les structures bancaires se sont entendues et ont accepté de soutenir la grève”. 

Le leader du SLECG a par la suite précisé que “de nos jours, le préavis est rédigé et sur les onze centrales, dix ont déjà signé. Reste un, dont le secrétaire général est gravement malade. Hier il nous disait qu’il allait dépêcher quelqu’un, pour venir procéder à la signature mais il se faisait un peu tard… Donc on a dit qu’il faut attendre lundi matin, pour qu’il puisse signer”.

“Donc le document (préavis de grève) est prêt, il ne reste que la seule signature. Quand elle sera faite le lundi, nous allons déposer immédiatement le préavis au gouvernement”, a-t-il ajouté.

A rappeler que Soumah, après une main tendue aux enseignants des écoles privées, avait dit confier dorénavant la réussite du mouvement aux femmes. Jusque-là le succès se fait attendre.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

.

Publicités