Un atelier de validation des fonctions bancaires en République de Guinée s’est ouvert, ce jeudi 6 février à Conakry. Il est organisé par le Guichet unique du commerce extérieur de Guinée (GUCEG). Des cadres de la banque centrale, des banques commerciales de la place et les responsables du GUCEG vont échanger sur la gestion des transferts de devises ; la gestion des rapatriements de devises ; et la gestion des paiements liés aux transactions commerciales.

Pour Anselme Kamara, directeur de projet, “c’est un atelier de travail avec les banques. C’est pour leur présenter l’ensemble des fonctionnalités qu’on souhaite mettre en place à la disposition de la banque centrale et les banques commerciales et qu’on puisse les valider ensemble”, a-t-il expliqué. Avant de poursuivre : “comme vous le savez, dans toute transaction commerciale de l’importation et de l’exportation il y a des flux financiers qui sont mis en jeux. Mais ici c’est l’intérêt de pouvoir mettre à disposition des autorités et des banques, un suivi plus efficace pour éradiquer ce flux financier pour qu’on puisse garantir l’efficacité des transactions sans risque”.

“Une fois que les fonctionnalités validées avec les banques commerciales et la banque centrale il y a une seconde étape qui consacrera notamment à faire ce même exercice avec les opérateurs économiques pour donner l’approche d’explication et de compréhension pour qu’ils puissent s’approprier au mieux l’outil, (…)”, a-t-il renchéri.

M. Taiwo Razaki Hamed, directeur des opérations du guichet unique du commerce extérieur, quant à lui, a expliqué qu’au niveau du guichet unique, ils évoluent de façon modulaire. “Aujourd’hui, il est question de valider l’approche que nous proposons aux banques pour pouvoir faire les transferts et les rapatriements des devises au niveau de la Guinée. C’est dans ce cadre là que nous avons invité l’ensemble des banques et la banque centrale pour venir voir notre approche et qu’on valide ensemble cette approche là et au besoin l’amender pour que cela soit bénéfique pour chacun des acteurs.  À l’issue de cet élément de validation, c’est de mettre à la disposition des banques des outils qui les permettront de mieux cadrer les flux financiers au niveau de l’importation et de l’exportation en Guinée”, a-t-il ajouté.

Pour sa part, M. Sékou Kandé, un des représentants de la Banque centrale de la République de Guinée à cet atelier soutient que : “nous banque centrale ; nous attendons des banques commerciales une adhésion, un accompagnement de nos importateurs pour faciliter d’abord les importations au niveau et essayer de mettre plus de transparence dans le paiement. Ce qui peut faciliter beaucoup plus l’amélioration des recettes au niveau des douanes qui permettra à l’État à coup sûr de trouver les solutions au problème des Guinéens”, a-t-il laissé entendre tout en précisant que sur la plateforme présentée, il y a des points sur lesquels il souhaite faire des amendements.

“D’abord nous trouvons que la plateforme est un peu lourde et nous avons à faire à une population qui dans l’essentiel n’est pas lettrée. Lorsque nous demandons à des importateurs que ça soit eux qui fassent la première déclaration sur la plateforme ça risque d’être plus complexe. Nous allons trouver une méthode plus simple plus souple, si possible si les banques commerciales peuvent prendre la relève à la place des importateurs ; ça serait plus normal (…)”, a mentionné M. Sékou Kandé.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités