Le “Mouvement Grand Kouranko” regroupant les Kouranko, Sankaran et Lélé était en conférence de presse, ce vendredi 18 septembre dans la salle Mohamed Koula Diallo de la maison de presse à Kipé. Au cours des débats, ils ont demandé à l’État de créer une préfecture Kouranko à l’image de certaines préfectures. 

« A propos de la préfecture, ça c’est une vieille gestion qu’on soulève toujours. On se dit si le Konia a une préfecture, le Wassouloun a une préfecture, je m’arrête au deux-là pourquoi pas nous. Par ce que les Kouranko font plus de 2 millions et ce n’est pas seulement en Guinée, il y a beaucoup de Kouranko en Sierra Leone. Donc, le gros problème de la préfecture, là où je suis d’accord, on a eu des analyses, des discussions, on a même élaboré la carte de la zone. Le gros problème ce n’est pas la délimitation géographique c’est le nom et la capitale.  Est-ce qu’il faut appeler ça préfecture de Komodou? La préfecture de Soromaya? La préfecture de Yombirou? », a expliqué Facely 2 Mara, écrivain. 

Selon lui, « au temps du président Lansana Conté, le problème a été posé sur sa table. On s’est dit nous aussi on a droit à cette préfecture parce que il y a le nombre, il y a la superficie, la richesse, les ressources. Donc, le débat est à ce niveau et c’est une question qu’on agite », a déclaré Facely 2 Mara tout en précisant que les Kouranko sont repartis dans 7 préfectures du pays et dans la sous-région.

Pour le mouvement, le combat qu’il mène n’est pas un combat ethnique mais plutôt culturel. « Dire que je suis Kouranko, je suis Sankaran, je suis Lélé, il n’y a de régionalisme mais c’est quand je dis le Kouranko est supérieur au Peulh, le Lélé est supérieur au Guergé ou bien je ne veux pas un Diallo comme président il faut un Kouranko. C’est ce qui est grave. Mais les identités, la différence sociale c’est ce qui fait la beauté du pays… », a  laissé entendre Facely 2 Mara. 

Bhoye Barry pour guinee7.com 

00224 628 705 199