Suite à l’annonce de la mise en concession de l’hôpital national  Donka, les employés dudit hôpital ont organisé des manifestations contre cette décision.  Après des dénonciations dans les médias et une manifestation organisée devant cet établissement hospitalo-universitaire, le collectif des médecins internes de l’hôpital national Donka a rencontré le ministre de la Santé et de l’hygiène publique. Et une solution a été trouvée.

« Après nos différentes analyses, nous avons compris qu’il y avait une désinformation totale par rapport à la concession de Donka. Nous avons compris les vraies informations », a déclaré Dr Alexandre Soua KOLY, porte-parole du Collectif, ce mercredi 20 juillet en conférence de presse.

« Les vraies informations sont que l’hôpital national Donka n’a pas été et ne sera jamais privatisé. La concession est une délégation de gestion de service public. Aucun médecin interne ou bénévole ne sera exclu du processus de recrutement qui sera mis en place par le concessionnaire après le transfert des fonctionnaires. Tous les internes ou bénévoles qui sont là depuis des années sans prise en charge, passeront par le processus de recrutement mis en place par le concessionnaire en fonction des besoins et du plan de dotation des services de l’hôpital. Le ministère de la santé s’accordera avec celui de la fonction publique, selon la politique du gouvernement, sur les possibilités d’intégration du personnel recruté à la fonction publique guinéenne », a-t-il ajouté tout en précisant que la concession est une chance pour le personnel de bénéficier de la formation, du transfert d’expertises et d’un système de gestion efficace afin d’offrir des soins de qualité à la population.

En début de semaine, Mamadou Pèthè Diallo, ministre de la Santé et de l’hygiène publique, déclarait ceci: « les Guinéens et Guinéennes qui travaillaient à Donka et qui ont été délocalisés au camp Camayenne dans la structure temporaire aucun de ceux et celles qui travaillent là ne perdra son travail parce qu’on est en train d’ouvrir Donka. Cela a fait beaucoup jaser, vous avez écouté beaucoup dans les médias mais je vous rassure en vous regardant dans les yeux aucun de nos frères et sœurs qui travaillent à Donka ne va perdre son travail à cause de l’ouverture de Donka. »

Dr Moustapha Fernandez, était l’un des meneurs de la protestation : « Nous avons mené ce combat contre cette concession parce que pour un départ, on nous avait dit que cet hôpital était privatisé, alors que c’est un bijou national. C’est un hôpital des pauvres. C’est dans ce cadre là qu’on s’est levé ensemble, les titulaires et les internes, pour demander à ce que l’hôpital nous revienne. Mais, on ne savait vraiment pas qu’il y avait de bonnes choses en place. C’est suite à ces manifestations qu’on a su que c’était vraiment rentable pour la nation guinéenne. »

Bhoye Barry pour guinee7.com 

00224 628 705 199